Myanmar : l'UNICEF condamne le meurtre d'au moins quatre enfants

Publié le 11 janvier 2022

Déclaration de la directrice régionale de l'UNICEF pour l'Asie de l'Est et le Pacifique, Debora Comini

Bangkok, le 11 janvier 2022 – « L'UNICEF condamne le meurtre d'au moins quatre enfants, et la mutilation de plusieurs autres, lors de l'escalade du conflit au cours de la semaine dernière au Myanmar. Le 8 janvier, le corps d'un garçon de 13 ans a été découvert à Matupi, dans l'État Chin, tandis qu'une fille de 12 ans et un garçon de 16 ans ont été blessés par des armes lourdes à Loikaw, dans l'État Kayah, à la suite d'intenses frappes aériennes et d'attaques au mortier. Le même jour, une fillette de 7 ans a été blessée par des tirs d'armes lourdes à Hpa An, dans l'État de Kayin. Le 7 janvier, un garçon de 14 ans et deux de 17 ans ont été tués par balles dans le canton de Dawei, dans la région de Tanintharyi. Le 5 janvier, deux fillettes, âgées de 1 et 4 ans, ont été blessées par des tirs d'artillerie à Namkham, dans l'État de Shan.

L'UNICEF est gravement préoccupé par l'escalade du conflit au Myanmar et condamne l'utilisation signalée de frappes aériennes et d'armes lourdes dans les zones civiles. Nous sommes particulièrement indignés par les attaques contre les enfants qui ont eu lieu lors de cette escalade des combats dans le pays.

La protection des enfants doit être une priorité absolue

Les parties au conflit doivent considérer la protection des enfants comme une priorité absolue et prendre toutes les mesures nécessaires pour s'assurer que les enfants sont tenus à l'écart des combats et que les communautés ne sont pas visées. C'est ce qu'exigent le droit humanitaire international et la Convention relative aux droits de l'enfant, dont le Myanmar est signataire.

Comme dans le cas d'autres incidents récents, l'UNICEF appelle à une action urgente pour garantir une enquête indépendante sur ces incidents, afin que les coupables puissent être tenus responsables. Nous présentons nos plus sincères condoléances aux familles des victimes. »