« Notre Europe. Nos droits. Notre avenir » : les enfants s'expriment sur les droits et l'avenir qu'ils souhaitent

Publié le 22 février 2021

Plus de 10 000 enfants et adolescents participent à une consultation visant à définir la conception de la prochaine stratégie de l'UE en matière de droits de l'enfant et de garantie de leur application.

Bruxelles/Paris, le 23 février 2021 - L'opinion des enfants et des jeunes pourrait bientôt jouer un rôle plus déterminant dans l'élaboration des politiques. Un groupe de cinq organisations de défense des droits de l'enfant a lancé une enquête et une consultation en ligne auprès des enfants, ainsi que la production d'un rapport sur ses résultats. La voix des enfants contribuera à alimenter la stratégie de l'UE sur les droits de l'enfant et leur effectivité. Les contributions des enfants participeront donc directement à façonner et à définir les priorités des deux initiatives. Cette enquête a été lancée par la Commission européenne, qui a travaillé en étroite collaboration avec les cinq agences des droits de l'enfant.

« Cette consultation avec les enfants est un changement de cap pour la Commission européenne et un pas important vers une plus grande participation des enfants. Les enfants sont des experts dans les domaines qui les concernent et cette consultation prouve une fois de plus qu’ils sont désormais des acteurs importants ici et maintenant. Notre rôle est de leur permettre et de leur donner les moyens de continuer à tracer la voie qui leur permettra de devenir les dirigeants de demain. C'est pourquoi la participation, l'égalité et l'inclusion sont les principes directeurs de la stratégie européenne sur les droits de l'enfant et de la garantie des droits de l'enfant en 2021. Nous devons veiller à ce que tous les enfants aient un départ égal dans la vie et s'épanouissent dans ce monde, à l'abri de la peur et du besoin, et nous le ferons », a déclaré la vice-présidente de la Commission européenne, Mme Dubravka Šuica.

« Il s'agit en soi d'un rapport historique, car c'est la première fois qu'un si grand nombre d'enfants et de jeunes peuvent directement influencer et façonner la politique de l'UE. Il arrive à point nommé, car les enfants sont confrontés aux conséquences psychologiques et économiques de la pandémie COVID-19 et devront s'adapter à une nouvelle réalité pendant de nombreuses années. Comme il s'agit de leur avenir, leurs opinions doivent transparaître dans les décisions prises par l'UE », ont déclaré les représentants de ChildFund Alliance, d’Eurochild, de Save the Children, d’UNICEF et de World Vision.

Il est de la plus haute importance d'écouter les enfants

Nicolas Schmit, commissaire européen chargé de l'emploi et des droits sociaux, a déclaré : « Face aux conséquences socio-économiques de la pandémie de Covid-19, nous ne voulons pas seulement protéger nos enfants, mais aussi investir en eux, afin qu'ils aient le meilleur départ possible dans la vie et qu'ils puissent s'épanouir. Et qui mieux que les enfants eux-mêmes peuvent nous parler des difficultés auxquelles ils sont confrontés. Je salue chaleureusement l'esprit de cette consultation et je suis reconnaissant aux milliers d'enfants qui nous ont fait part de leurs commentaires. Vos voix sont entendues. »

« En tant que décideurs politiques, nous devons veiller à ce que nos stratégies puissent s'appuyer sur l'expérience personnelle de tous les citoyens. L'élaboration d'une stratégie globale en matière de droits de l'enfant doit inclure tous les domaines pertinents, de la santé (y compris la santé mentale) à l'inclusion sociale, en passant par l'éducation, une justice adaptée aux enfants, les enfants dans les migrations et la participation au processus démocratique. Il est de la plus haute importance d'écouter les enfants, d'entendre leur voix sur ces sujets - c'est pourquoi cette consultation est si précieuse et contribuera à soutenir la stratégie de l'UE sur les droits de l'enfant », a déclaré Didier Reynders, commissaire européen à la justice.

« Les enfants sont des citoyens à part entière et des détenteurs de droits. Il est d'une importance capitale de donner la parole aux enfants et de reconnaître qu'ils ont leur mot à dire dans la construction de l'avenir de l'Europe. Je suis extrêmement heureux que la première stratégie globale de l'UE sur les droits de l'enfant, qui sera bientôt adoptée, place les enfants au centre des préoccupations, et cette consultation est un pas important dans la bonne direction. En tant que responsables politiques, il est de notre responsabilité de donner à tous les enfants une véritable chance de réaliser leur potentiel et de s'épanouir dans tous les milieux, sans laisser personne derrière », a déclaré David Lega, député européen et coprésident de l'intergroupe du Parlement européen sur les droits de l'enfant.

Principaux résultats de l'enquête

La pandémie COVID-19 a plongé les enfants et les jeunes en Europe et au-delà dans le stress et l'incertitude. Un enfant sur cinq dans l'UE ayant répondu à l'enquête déclare avoir grandi dans la crainte et anxieux pour l'avenir, révèle aujourd'hui une nouvelle étude de ChildFund Alliance, d’Eurochild, de Save The Children, d’UNICEF et de World Vision.

Pour le rapport, « Notre Europe. Nos droits. Notre avenir », plus de 10 000 enfants et jeunes de 11 à 17 ans, en Europe et ailleurs, ont été consultés.

Le rapport a révélé d'autres conclusions inquiétantes :

  • Près d'un enfant sur dix qui a été consulté pour le rapport a été identifié comme vivant avec des problèmes de santé mentale ou des symptômes, tels que la dépression ou l'anxiété. Les filles interrogées sont beaucoup plus à risque que les garçons, et les enfants plus âgés ont signalé des niveaux de problèmes plus élevés que les plus jeunes ;
  • Un tiers des enfants interrogés ont été victimes de discrimination ou d'exclusion ;
  • Ce pourcentage passe à 50 % lorsqu'on interroge les enfants handicapés, les migrants, les minorités ethniques ou ceux qui s'identifient comme LGBTQ+ ;
  • Les trois quarts des enfants consultés se sentent heureux à l'école, mais 80 % des jeunes de 17 ans interrogés estiment que l'éducation dispensée ne les prépare pas bien à leur avenir ;
  • La majorité des enfants consultés aimeraient apporter des changements dans leur vie scolaire : 62 % des personnes interrogées aimeraient avoir moins de devoirs à la maison et 57 % des personnes interrogées aimeraient avoir des leçons plus intéressantes. Près d'un tiers des personnes interrogées voudraient influencer le contenu des programmes scolaires, avec plus d'activités sportives (33 %), l'apprentissage des droits de l'enfant (31 %) et plus de matières artistiques (31 %). Cependant, presque toutes les personnes interrogées ont entendu parler des droits de l'enfant ;
  • 88 % des enfants et des jeunes consultés étaient conscients du changement climatique et de son impact sur leur communauté, 8 % en étaient conscients d'une manière ou d'une autre et 4 % n'en étaient pas sûrs.

Accéder à « Notre Europe. Nos droits. Notre avenir » en anglais, Rapport complet et Rapport de synthèse ici

Notes aux rédactions :
Le consortium n'a reçu aucun financement de la Commission européenne pour cette entreprise et a réalisé ce rapport en tant que contribution à la politique de l'UE axée sur l'enfant, sur la base de nos mandats communs de : propager et faciliter une consultation et une participation significatives des enfants ; refléter les voix des enfants directement et les faire participer à la mise en place et, par conséquent, à la révision du rapport de consultation ; et contribuer à la conception et au contenu de la stratégie de l'UE en matière de droits de l'enfant et de la garantie européenne pour les enfants afin de répondre aux besoins et aux violations des droits les plus urgents pour les enfants.
 
À propos des cinq organisations de défense des droits de l'enfant :
En préparant la nouvelle stratégie de l'UE sur les droits de l'enfant 2021-2024, la Commission européenne a décidé de fixer une nouvelle norme en invitant les enfants vivant en Europe et au-delà à partager leurs points de vue et à influencer la façon dont la stratégie sera élaborée et les sujets qu'elle privilégiera. À cette fin, la Commission européenne a invité cinq organisations de défense des droits de l'enfant - ChildFund Alliance, Eurochild, Save the Children, UNICEF et World Vision - à faciliter les consultations avec les enfants d'Europe et d'ailleurs, en se fondant sur leur expérience collective de travail avec des millions d'enfants dans le monde, sur des données probantes, des recherches et des politiques.