Onze nouveaux pays luttent contre l'utilisation d’enfants soldats

Publié le 01 octobre 2010 | Modifié le 24 décembre 2015

Fin septembre, de nouveaux États ont officiellement adhéré aux Engagements de Paris, dans le but de mettre un terme à l’utilisation d’enfants soldats. Les États sont donc de plus en plus nombreux à prendre des engagements en faveur de la protection des enfants et contre leur recrutement et leur utilisation par des groupes ou des forces armés.

 

 

Petites filles, jeunes garçons, adolescents…même si leur développement personnel est loin d’être terminé, ils sont déjà utilisés, contre leur gré, pour jouer des rôles qui ne sont pas les leurs : cuisiniers, porteurs, poseurs de mines, espions, prostituées – pour de très nombreuses filles et jeunes filles. Le recrutement et l’utilisation des enfants laissent des traces sur leur développement : leurs droits sont violés et leur personne même subit un préjudice à la fois physique et psychologique.

Adoptés en 2007, les Engagements de Paris, qui s’accompagnent des Principes de Paris, sur les enfants associés à des groupes ou à des forces armés, sont le résultat d’un engagement pris part des États du monde entier. Ils consistent en une collaboration commune pour mettre fin à ces recrutements.

Ils s’articulent autour de trois axes : la prévention des recrutements d’enfants, la libération des enfants soldats et leur réinsertion dans la société  afin qu’ils retrouvent leur vie d’enfant. Une vie qui n’aurait jamais dû leur être arrachée.

De nouveaux pays ont rejoint la liste des signataires des Engagements de Paris. Ainsi, il y a quelques jours, une réunion de haut niveau s’est tenue au siège des Nations unies, constituant le troisième forum ministériel de suivi des Engagements de Paris. Arabie Saoudite, Gabon, Nouvelle-Zélande, Uruguay…au total, ils sont onze, ce qui fait passer le nombre de pays qui appuient les engagements de 84 à 95.

 

«L’utilisation des enfants soldats : un crime de guerre»
 

Bien qu’il y ait de réels efforts de la part de la communauté internationale pour réduire le nombre d’enfants soldats, des milliers de jeunes sont encore recrutés de force, dans des conflits armés et d’insécurité. Il reste donc beaucoup à faire pour enrayer ces pratiques. D’après Radhika Coomaraswamy, représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés, «l’utilisation d’enfants dans les conflits (…) est un crime de guerre».

Aujourd’hui, on compte plus de 250 000 enfants soldats dans le monde ! Pour combattre ce fléau, le forum ministériel s’est fixé trois objectifs majeurs. Il s’agit d’évaluer la mise en œuvre des Engagements et des Principes de Paris, mais aussi d’examiner les besoins financiers supplémentaires pour appuyer les programmes de prévention et de réinsertion de ces enfants et surveiller la bonne application du traité par les parties des conflits armés et, enfin, de voir où en sont les adhésions des États membres et d’encourager d’autres gouvernements à s’engager.

 

En savoir plus

Retrouvez ici notre dossier sur les enfants soldats.

Liste des 95 Etats signataires des Engagements de Paris.

Soutenir nos actions