Plus de 2 personnes sur 3 expulsées vers Haïti depuis la frontière américaine sont des femmes et des enfants

Publié le 24 septembre 2021

UNICEF est particulièrement préoccupé par la situation des familles haïtiennes à la frontière entre les États-Unis et le Mexique.

New York/Port-au-Prince/Mexico City, le 23 septembre 2021 - UNICEF s'inquiète de la situation des familles haïtiennes expulsées de la frontière américaine vers Haïti.

Selon les premières estimations d'UNICEF, plus de 2 migrants haïtiens sur 3 qui ont été renvoyés à Port-au-Prince sont des femmes et des enfants. Certains d'entre eux sont des nouveau-nés, avec des besoins spécifiques et immédiats.

« Haïti est sous le choc de la triple tragédie des catastrophes naturelles, de la violence des gangs et de la pandémie de COVID-19 », a déclaré Henrietta Fore, directrice générale d'UNICEF. « Lorsque les enfants et les familles sont renvoyés sans protection adéquate, ils se retrouvent encore plus vulnérables à la violence, à la pauvreté et au déplacement - des facteurs qui les ont poussés à migrer en premier lieu. »

Les premières évaluations au Mexique et en Haïti indiquent que beaucoup d'enfants de moins de 10 ans sont nés hors d'Haïti ou ont vécu la majeure partie de leur vie dans un autre pays.

De la primauté de l'intérêt supérieur de l'enfant

UNICEF est également préoccupé par la situation des familles haïtiennes à Del Rio, au Texas, où environ 40 % des migrants haïtiens sont des enfants, selon les estimations préliminaires d'UNICEF. Ils vivent dans des conditions surpeuplées et inadéquates et ont besoin d'une aide humanitaire de base.

UNICEF s'efforce de fournir aux enfants et aux familles une aide de première nécessité. À Ciudad Acuna, au Mexique, UNICEF facilitera l'accès aux services de protection de l'enfance et fournira de l'eau potable, des kits d'hygiène, des toilettes mobiles et des stations de lavage des mains.

En Haïti, UNICEF va fournir aux enfants qui rentrent chez eux un soutien psychosocial, des services de protection et des fournitures scolaires, en coordination avec les autorités nationales et l'Organisation internationale pour les migrations.

Mais davantage de soutien est nécessaire pour fournir à ces familles l'assistance vitale dont elles ont besoin.

UNICEF exhorte tous les acteurs à s'abstenir de tout recours à la force aux frontières, à garder les familles ensemble et à évaluer correctement les besoins de protection des migrants avant toute décision de retour. Les enfants ne devraient jamais être renvoyés dans des situations où leur sécurité et leur bien-être fondamentaux sont menacés.

« L'intérêt supérieur des enfants doit primer sur toute autre considération », a déclaré Henrietta Fore.