[Présidentielle 2017] Proposition 5 : un enfant délinquant est d’abord un enfant en danger

Publié le 30 janvier 2017 | Modifié le 07 avril 2017

En signant la Convention internationale des droits de l’enfant, la France s’est engagée à reconnaître à tout enfant suspecté, accusé d’infraction à la loi pénale ou condamné le droit à un traitement qui tienne compte de son âge, de la nécessité de faciliter son insertion dans la société et de lui faire assumer un rôle constructif au sein de celle-ci.

L’UNICEF France demande à ce que soit garantie, en toute circonstance, cette spécificité de la justice pénale des mineurs. Un enfant en situation de délinquance est avant tout un enfant à protéger et à accompagner pour rendre possible sa sortie de délinquance

Les principes de l’ordonnance de 1945, pierre angulaire de la justice et du droit pénal des mineurs doivent sans cesse être réaffirmés : primauté de l’action éducative, caractère exceptionnel de l’incarcération, atténuation de la responsabilité pénale en fonction de l’âge du mineur, spécialisation des juridictions pénales, procédures adaptées à la personnalité du mineur.

En 2017, que fait-on pour les enfants ?

Pour que les droits de tous les enfants soient respectés, quelles que soient leurs origines sociales, leurs origines ethniques, et leurs parcours, l’UNICEF France adresse aujourd’hui 8 propositions aux candidats à l’élection présidentielle de 2017.

Rejoignez notre mobilisation pour faire entendre la voix des #Enfants2017 sur les réseaux sociaux !

Semaine spéciale sur France Info Junior !

La semaine du 3 avril 2017, chaque jour, des enfants posent des questions à un invité sur les thèmes suivants, issus de notre Consultation nationale des 6/18 ans et de nos recommandations aux candidats à l’élection présidentielle : accès à la santé, école, inégalités et pauvreté, accès aux loisirs, justice des mineurs.

Retrouvez le replay de chacune des émissions de notre partenaire France Info Junior :

Soutenir nos actions