Quinze fois plus d'enfants ont traversé la jungle de Panama en direction des États-Unis au cours des quatre dernières années

Publié le 30 mars 2021

Le nombre d'enfants qui migrent vers le nord à travers la dangereuse forêt tropicale de Darien entre la Colombie et le Panama a été multiplié par plus de quinze au cours des quatre dernières années, a rapporté aujourd'hui UNICEF après une visite de deux jours sur le terrain à la frontière de Darien par Jean Gough, directrice régionale pour l'Amérique latine et les Caraïbes. 

Panama City, le 29 mars 2021 - Depuis 2017, le nombre d'enfants traversant le passage de Darien a explosé, passant de 109 à 1 653 en 2020, avec un pic de 3 956 en 2019. C'est quinze fois plus d'enfants qui ont migré à travers la jungle de Panama au cours des quatre dernières années.

En outre, la proportion d'enfants parmi la population migrante à travers cette jungle a augmenté de façon spectaculaire au cours des dernières années. Les enfants ne représentaient que 2 % de tous ces migrants en 2017 ; mais ils en représentent désormais plus de 25 % en 2020.

« J'ai vu des femmes sortir de la jungle en portant leurs bébés dans leurs bras après avoir marché pendant plus de sept jours sans eau, sans nourriture et sans aucune forme de protection », a affirmé Jean Gough. « Ces familles repoussent leurs propres limites et mettent leur vie en danger, souvent sans se rendre compte du risque qu'elles prennent. Celles qui parviennent à traverser cette frontière périlleuse sont physiquement et mentalement dévastées.  Leurs besoins humanitaires sont immédiats et immenses. En même temps, nous ne devons pas oublier la dure situation des communautés qu'ils atteignent, qui sont débordées et ne disposent souvent pas des services de base. Par exemple, j'ai visité une communauté de 400 personnes appelée Bajo Chiquito, qui accueille actuellement environ 1 400 migrants. »

Les migrants sont exposés à de multiples menaces, dont la mort

Au cours des quatre dernières années, plus de 46 500 migrants ont traversé la jungle du Darien, dont 6 240 sont des enfants. Avec les restrictions de mobilité et la fermeture des frontières pour enrayer la propagation du COVID-19, ce flux migratoire irrégulier a marqué une pause, mais ne s'est pas totalement arrêté.

La jungle de Darien, entre la Colombie et le Panama, est l'une des routes les plus dangereuses au monde en raison du terrain montagneux, de la faune et des insectes, ainsi que de la présence d'organisations criminelles. Les migrants qui y sont piégés sont exposés à de multiples menaces, dont la mort. Dans ce contexte, les femmes, notamment les femmes enceintes, ainsi que les enfants et les adolescents sont les plus vulnérables. À la fin de l'année dernière, les premiers cas de violence sexuelle contre des enfants ont été signalés.  

Les personnes qui migrent par le Darien Gap ne sont pas seulement des hommes seuls à la recherche d'un emploi, mais des familles entières fuyant la violence et la pauvreté de plus de 50 pays du monde entier, avec le rêve de trouver de meilleures opportunités au nord.

Les impacts socio-économiques de la pandémie de COVID-19, associés à la violence, au chômage, au racisme, à la xénophobie et aux phénomènes météorologiques extrêmes, risquent d'accroître la pauvreté et de pousser davantage de familles à migrer vers le nord dans les prochains mois.   

Une route méconnue et dangereuse

Avec l'aide de donateurs, principalement le Bureau de la population, des réfugiés et des migrations (BPRM) des États-Unis, UNICEF a mis en place un programme d'aide aux réfugiés.

UNICEF fournit une aide vitale aux enfants et aux familles en déplacement à la frontière, notamment en matière de nutrition, de soutien psychosocial, de services d'eau, d'hygiène et d'assainissement et de protection de l'enfance, en coordination avec l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), l'Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR) et le Service national des frontières du Panama (SENAFRONT).

D'octobre 2019 à février 2021, 15 649 personnes, dont 3 367 enfants migrants, réfugiés et membres des communautés d'accueil, ont reçu une aide humanitaire d'UNICEF et de ses partenaires, notamment la Fédération internationale de la Croix-Rouge, la Croix-Rouge panaméenne et RET Americas.  

UNICEF renforce ses programmes de secours sur le terrain afin de répondre aux besoins croissants des enfants et des familles en transit au Panama. Le nombre d'enfants et de familles migrants dans le Darien Gap devrait continuer à augmenter au cours de la saison sèche dans les semaines et les mois à venir.  

« La migration des femmes et des enfants à travers le Darien Gap n'est pas un phénomène nouveau ; cependant, cette route vers les États-Unis reste aussi méconnue que dangereuse et ce flux migratoire a tendance à augmenter », a déclaré Jean Gough. « À moins que la communauté internationale n'apporte un soutien humanitaire plus important pour s'attaquer aux causes profondes de la migration, de plus en plus de familles avec enfants risquent de n'avoir d'autre choix que de s'aventurer dans ce voyage périlleux à travers le Darien Gap à la recherche d'une vie meilleure. »

UNICEF demande également aux gouvernements de s'attaquer aux causes profondes qui poussent les familles à migrer et de promouvoir leur intégration dans les communautés d'accueil. Les droits des enfants en déplacement doivent être protégés à tout moment, pendant toutes les phases de leur voyage migratoire.

Accéder aux contenus multimedia ici