Rapport Pisa : l’urgence de remettre l’enfant au cœur du système éducatif

Publié le 04 décembre 2013 | Modifié le 14 janvier 2016

Le 3 décembre 2013, l’OCDE a publié son rapport Pisa 2012 sur l’éducation, révélant la perte de deux places de la France dans le classement, et confirmant une tendance à la baisse depuis le début des années 2000. Pour l’UNICEF, il y a urgence à remettre l’enfant au cœur du système éducatif afin de lutter contre le creusement des inégalités.

Au-delà de la dégradation de la place de la France dans le classement Pisa, l’UNICEF France s’inquiète du creusement des inégalités scolaires depuis 2003 et du fait que ces dernières touchent en premier lieu les enfants issus de milieux défavorisés. L’anxiété des élèves relevée dans ce rapport est également inquiétante.

Les inégalités à l’école, une source majeure de préoccupation

Le rapport de l’UNICEF sur le bien-être des enfants dans les pays de l’OCDE, publié en 2013, mettait déjà en lumière le manque d’efficience du système scolaire français dans la réduction des effets de la pauvreté des enfants en matière de réussite éducative. Ce même rapport plaçait la France en 16e position sur 29 pays de l’OCDE quant au pourcentage de jeunes de 15 à 19 ans sortis du système scolaire et sans aucune activité professionnelle. Ceci reste une source majeure de préoccupation pour l’UNICEF France en ce qu’il traduit le risque de déclassement social qui pèse sur un très grand nombre d’enfants et adolescents en difficultés scolaires.
Par ailleurs, la consultation nationale menée par l’UNICEF France auprès de 22 500 enfants et adolescents vivant en France -et dont les résultats ont été publiés le 19 novembre dernier, a aussi mis clairement en lumière le cumul des inégalités : les enfants qui subissent le plus de privations sont aussi ceux qui ressentent le plus de difficultés à l’école.

Repenser la place de l’enfant au sein du système éducatif

Si la refondation de l’École a voulu redéfinir le cadre d’un système éducatif favorisant la réussite de tous les élèves, beaucoup reste encore à faire pour réduire concrètement les disparités entre les élèves et une meilleure prise en compte des plus défavorisés tout au long de leur cursus, de leur plus jeune âge jusqu’à la fin de leur scolarité.
 
C’est avant tout la place de l’enfant dans le système éducatif qui demande à être repensée, ainsi que l’accompagnement des équipes éducatives dans leur formation initiale et continue, pour qu’elles puissent travailler autrement. L’enfant doit être davantage associé à ses apprentissages, comme à la vie scolaire. C’est par cette approche globale de l’enfant – et donc de l’École – que le système éducatif pourra accompagner chaque élève dans le développement de son potentiel propre.
 
Pour l’UNICEF, il y a urgence à ce que le système éducatif français prenne davantage et mieux en compte les enfants les plus susceptibles de rencontrer des difficultés scolaires.
 
Il est impensable qu’une triple fracture sociale, économique et de genre perdure sur notre territoire. L’UNICEF appelle à une mobilisation de tous les acteurs de l’éducation pour que chaque enfant puisse accéder à une éducation de qualité qui lui permette de s’épanouir et de développer tout son potentiel, indifféremment de ses origines sociales et de son statut économique.
 
Pour en savoir plus :
Principaux résultats de l’enquête Pisa 2012
Le bien-être des enfants dans les pays riches, principales constatations (PDF)
Tout savoir sur nos domaines d’action dans l’éducation et égalité

Soutenir nos actions