Sahel : l’aide apportée grâce à votre soutien… et ce qu’il reste à faire

Publié le 06 juin 2012 | Modifié le 31 mars 2016

Plus d’un million d’enfants de moins de 5 ans sont toujours menacés par la malnutrition aiguë sévère dans la bande sahélienne, 3 millions risquent de souffrir de malnutrition aiguë modérée en 2012… Depuis plus de six mois, l’Unicef tire la sonnette d’alarme sur la crise alimentaire et nutritionnelle qui frappe cette région d’Afrique de l’Ouest et du Centre. Malgré toute l’aide mise en œuvre, les fonds manquent pour répondre aux besoins immédiats des enfants et des femmes. Le point sur la situation.

 

 

Dans huit pays de la région du Sahel (Burkina Faso, Cameroun, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria, Sénégal et Tchad), plus de 18 millions de personnes sont affectées par l’insécurité alimentaire et nutritionnelle.

Des premiers résultats encourageants…

Sur le terrain, l’Unicef met tout en œuvre pour venir en aide aux plus vulnérables. Grâce aux 74 millions d’euros pour l’instant reçus des États et des donateurs particuliers, notre organisation a concrétisé de nombreux projets. Dans les huit pays touchés par la crise, ces fonds ont notamment permis de renforcer l’approvisionnement en aliments thérapeutiques prêts à l’emploi utilisés pour soigner la malnutrition aiguë sévère et, à ce jour, 5 323 centres de santé sont en mesure d’assurer la prise en charge des enfants, contre 3 100 à la fin de l’année dernière. Déjà 254 411 enfants de moins de 5 ans sévèrement malnutris ont été pris en charge dans la région.

…mais encore insuffisants

Malgré ces premiers résultats positifs, l’Unicef et ses partenaires manquent encore de fonds pour poursuivre la réponse aux besoins les plus urgents des enfants et des femmes affectés, d’une part, et pour renforcer le déploiement des actions de prévention, de dépistage et de prise en charge précoce, d’autre part. Car, même si la crise est particulièrement marquée cette année, ces pics saisonniers de malnutrition aiguë sont un phénomène chronique qui, au-delà de l’objectif immédiat de sauver des vies, appelle une réponse structurelle, sur le long terme. L’Unicef œuvre donc en étroite collaboration avec les gouvernements pour améliorer la capacité des autorités et des populations de la région à faire face à ces crises récurrentes. Non seulement notre organisation renforce les systèmes de santé et y intègre la nutrition comme une priorité, mais elle développe aussi, à une plus grande échelle, ses activités liées à l’eau, l’assainissement, la protection et l’éducation, et cela dans les huit pays en question.

Pour remplir tous ces objectifs, l’Unicef a révisé son appel de fonds et estime désormais ses besoins à 189 de millions d’euros, pour répondre aux besoins immédiats des enfants des femmes les plus affectés par la crise dans la région, et en particulier pour le Mali. Aujourd'hui, le manque de financements encore à combler s'élève à 115 millions d'euros. 

Mali : l’aide est possible, malgré la crise

Pour le seul Mali, on estime à 175 000 le nombre d’enfants de moins de 5 ans qui devraient souffrir de malnutrition aiguë sévère au cours de l’année 2012. Dans le pire des scénarios, ce chiffre pourrait s’élever à 220 000.

Le renversement du président, fin mars, et la prise de contrôle du nord du pays par des groupes armés ont provoqué la fuite vers 3 pays voisins de 170 000 personnes (Mauritanie, Niger, Burkina Faso), mais aussi le déplacement de 167 000 autres habitants à l’intérieur même du pays. Cette situation a engendré de fortes craintes sur la capacité des organisations d’aide à déployer leurs secours, et explique vraisemblablement que les bailleurs de fonds tardent à financer les activités de l’Unicef à la hauteur des besoins : sur les 35 millions d’euros demandés au total, près de 11 millions d’euros seulement ont été reçus.

« Il faut absolument souligner que malgré le contexte politique et sécuritaire tendu dans le pays, nous parvenons à travailler pour répondre à la crise alimentaire et nutritionnelle, souligne Grant Leaity, chef des urgences au bureau régional de l’Unicef pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, de retour d’une mission de 10 jours dans le pays. D’une part, 87 % des cas de malnutrition aiguë sévère que nous attendons se trouvent dans la partie sud du pays, où nous circulons sans problème. D’autre part, même au nord, nous parvenons à acheminer de l’aide et avons encore des organisations partenaires sur place. »

Pour pouvoir continuer d’apporter de l’aide aux enfants et aux femmes les affectés par la crise au Sahel, nous comptons sur votre fidèle soutien ! Merci à tous nos donateurs.

En savoir plus

Communiqué de presse du 12 juin 2012 :

 

"Sahel : l'Unicef demande plus de financements pour sauver les enfants"

Téléchargez notre infographie pour mieux comprendre les causes de la crise au Sahel.

Infographie explicative de la crise nutritionnelle au Sahel

Inscrivez-vous

Suivez toutes les actualités de l'UNICEF

Soutenir nos actions