L'univers UNICEF France

Le programme École amie
des droits de l’enfant vise à faire de l’école un lieu plus juste, plus inclusif et plus participatif.

Découvrir
Ville amie logo

En 2021, 264 villes ont intégré le réseau Ville amie des enfants 2020/2026.
Rejoignez le grand réseau
Ville amie des enfants.

Découvrir
My Unicef logo

Trouvez des informations,
des activités ludiques et éducatives, des ressources pédagogiques ou comment créer un projet solidaire.

Découvrir
Photo d'illustration de la boutique solidaire de l'UNICEF France

Agissez en achetant solidaire

Offrez à vos proches des cadeaux qui ont du sens et qui contribuent concrètement à aider des enfants vulnérables.

Découvrir
Le 31 août 2022 à Zhytomyr, en Ukraine, la directrice générale de l'UNICEF Catherine Russell visite l'école n°25, qui a été fortement endommagée depuis l'escalade de la guerre. ©UNICEF/UN0696677/Kulakovskiy
Le 31 août 2022 à Zhytomyr, en Ukraine, la directrice générale de l'UNICEF Catherine Russell visite l'école n°25, qui a été fortement endommagée depuis l'escalade de la guerre. ©UNICEF/UN0696677/Kulakovskiy

Ukraine : le début d'une année scolaire incertaine pour quatre millions d'écoliers

A l’issue d’une visite de trois jours dans le pays, la directrice générale de l’UNICEF Catherine Russell a rencontré des écoliers, des parents et des enseignants marqués par la guerre.

Kiev/New York, le 1e septembre 2022 – La guerre actuellement en cours en Ukraine a assombri le début d’une nouvelle année scolaire pour les quatre millions d’écoliers que compte le pays, a déclaré la directrice générale de l’UNICEF, Catherine Russell, au terme d’une visite de terrain de trois jours.   

Une rentrée scolaire au milieu des débris 

« La nouvelle année scolaire devrait être une période teintée d’excitation et de promesses, alors que les enfants retournent en classe et partagent les histoires de leur été avec leurs amis et leurs enseignants », a déclaré Catherine Russell. « Pourtant, pour quatre millions d’enfants en Ukraine, le climat général est rempli de crainte. Les enfants retournent dans les écoles – dont beaucoup ont été endommagées pendant la guerre – en rapportant pour souvenirs des récits de destruction, sans savoir si leurs enseignants et leurs amis seront là pour les accueillir. De nombreux parents hésitent à envoyer leurs enfants à l’école, ne sachant pas s’ils seront en sécurité. »
 
Des milliers d’écoles à travers le pays ont été endommagées ou détruites et le gouvernement a jugé que moins de 60 % d’entre elles étaient sûres et aptes à rouvrir leurs portes. Le jour de la rentrée des classes en Ukraine, M. Russell a visité une école primaire réhabilitée, endommagée pendant les premières semaines de la guerre. Seuls 300 élèves peuvent s’y rendre en même temps en raison de la capacité de l’abri antiatomique de l’école, soit à peine 14 % de la capacité de l’école avant la guerre.
 
L’UNICEF travaille avec le gouvernement pour aider les enfants ukrainiens à reprendre le chemin de l’école, dans les salles de classe lorsque cela est jugé sûr, et par le biais d’alternatives en ligne ou communautaires si l’enseignement en présentiel n’est pas possible. Environ 760 000 enfants ont reçu une éducation formelle ou non formelle depuis le début de la guerre. Par ailleurs, plus de 1,7 million d’enfants et de soignants ont bénéficié d’interventions de santé mentale et de soutien psychosocial soutenues par l’UNICEF.

Un climat anxiogène: des abris antiatomiques au lieu des terrains de jeu

« Les écoles ukrainiennes ont désespérément besoin de ressources pour construire des abris antiatomique au lieu de terrains de jeu, et les enfants reçoivent des cours sur les munitions non explosées au lieu de cours sur la sécurité routière », a ajouté Catherine Russell. « Voilà la dure réalité des élèves, des parents et des enseignants ukrainiens ».
 
Les efforts visant à permettre aux enfants de reprendre l’apprentissage comprennent la réhabilitation d’écoles, la fourniture d’ordinateurs portables, de tablettes et de fournitures aux enseignants et aux élèves, ainsi que la formation des enfants et des enseignants sur les mesures à prendre pour assurer leur sécurité en temps de guerre.

Une rentrée pleine de défis pour les enfants réfugiés

« L’éducation des enfants ukrainiens a été dramatiquement compromise. Après plus de deux ans de pandémie de COVID-19 et six mois depuis l’escalade de la guerre, leur santé physique et mentale est mise à rude épreuve. Il faut faire davantage pour remédier à ce qui, pour beaucoup, est une triste réalité », a déclaré Catherine Russell.

Alors que les écoliers ukrainiens sont confrontés à des menaces imminentes et permanentes sur leur vie et leur bien-être, les enfants réfugiés sont confrontés à d’autres défis. Au 31 juillet 2022, on estimait que 650 000 enfants ukrainiens réfugiés dans 12 pays d’accueil n’étaient toujours pas inscrits dans les systèmes éducatifs nationaux. L’UNICEF a soutenu près de la moitié d’entre eux avec une éducation formelle ou non formelle et travaille avec les gouvernements et les partenaires pour s’assurer que les enfants ukrainiens réfugiés soient inscrits dans les écoles ou bénéficient d’un accès à l’apprentissage en ligne.

La perspective d’un hiver difficile 

À travers l’Ukraine, l’UNICEF a atteint 616 000 personnes supplémentaires, y compris les familles les plus vulnérables, via des transferts d’aide humanitaire en espèces. Les donateurs ont été incroyablement généreux mais, avec l’arrivée de l’hiver, les besoins pourraient dépasser les ressources actuellement disponibles.
 
« À moins que la paix ne soit rétablie, en Ukraine, la vie des enfants et de leurs familles va devenir encore plus difficile à l’approche de l’hiver », a déclaré Catherine Russell. « Nous savons que l’arrivée des températures glaciales et des fortes chutes de neige n’est qu’une question de mois, c’est pourquoi l’UNICEF travaille avec le gouvernement et ses partenaires pour constituer un stock de fournitures d’hiver, notamment des vêtements chauds, des chaussures, des générateurs, des appareils de chauffage et des pellets de bois. »
 
La directrice générale de l’UNICEF, Catherine Russell, a également rencontré la Première Dame, Olena Zelenska. Elle a salué les efforts du peuple ukrainien – notamment les enseignants, les parents et le personnel de santé – et a exprimé sa gratitude concernant le partenariat de longue date entre le gouvernement ukrainien et l’UNICEF. Elle a également abordé les moyens de renforcer la réponse conjointe à la crise humanitaire et l’importance de garantir un accès humanitaire sûr, rapide et sans entrave à tous les enfants ayant besoin d’une aide vitale, conformément au droit humanitaire international.

Pour télécharger les contenus multimédias cliquez ici.

Pour en savoir plus sur le travail de l’UNICEF en Ukraine, cliquez ici.