L'univers UNICEF France

Le programme École amie
des droits de l’enfant vise à faire de l’école un lieu plus juste, plus inclusif et plus participatif.

Découvrir
Ville amie logo

En 2021, 264 villes ont intégré le réseau Ville amie des enfants 2020/2026.
Rejoignez le grand réseau
Ville amie des enfants.

Découvrir
My Unicef logo

Trouvez des informations,
des activités ludiques et éducatives, des ressources pédagogiques ou comment créer un projet solidaire.

Découvrir
Photo d'illustration de la boutique solidaire de l'UNICEF France

Agissez en achetant solidaire

Offrez à vos proches des cadeaux qui ont du sens et qui contribuent concrètement à aider des enfants vulnérables.

Découvrir
Le 21 avril 2022, en Ukraine, Solomiya, âgé d'un an, est câliné par sa mère, Hanna, avant d'être vacciné contre la polio dans un centre médical d'Uzhgorod. ©UNICEF/UN0632035/Hudak
Le 21 avril 2022, en Ukraine, Solomiya, âgé d'un an, est câliné par sa mère, Hanna, avant d'être vacciné contre la polio dans un centre médical d'Uzhgorod. ©UNICEF/UN0632035/Hudak

Ukraine : les enfants en institution subissent une double peine

Ceci est un résumé des propos tenus par le conseiller régional de l’UNICEF pour la protection de l’enfance en Europe et en Asie centrale, Aaron Greenberg – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse d’aujourd’hui au Palais des Nations à Genève.

Genève / Lviv, Ukraine, le 6 mai 2022 – « La situation en Ukraine est une crise de la protection de l’enfance aux proportions extraordinaires, comme nous n’en avons peut-être jamais vu auparavant.

Ces deux mois de guerre en Ukraine ont fait 7,7 millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays et ont poussé plus de 5,5 millions de personnes à traverser les frontières internationales, dont près des deux tiers des enfants en Ukraine. Des centaines d’enfants ont été tués et beaucoup d’autres ont été blessés. Près de 200 attaques ont été signalées contre des établissements de santé, et les écoles continuent d’être touchées par les frappes.

En Ukraine, près de 10 000 enfants sont en institution

Alors que le gouvernement ukrainien et les partenaires humanitaires continuent à travailler pour protéger les enfants les plus vulnérables, les besoins sont énormes.

Permettez-moi de rappeler à mes collègues une chose qu’il est important à nos yeux de rappeler. Avant la guerre, l’Ukraine comptait le plus grand nombre d’enfants placés en institution en Europe – plus de 90 000 vivant dans des institutions, des orphelinats, des pensionnats et d’autres établissements de soins. Près de la moitié d’entre eux sont des enfants handicapés.

L’impact de la guerre sur ces enfants a été particulièrement dévastateur. Des dizaines de milliers d’enfants vivant en institution ou en famille d’accueil ont été rendus aux familles, souvent à la hâte, dès le début de la guerre. Beaucoup n’ont pas reçu les soins et la protection dont ils ont besoin, notamment les enfants handicapés.

La guerre a eu un impact désastreux sur le bien-être psychosocial des enfants

La guerre a eu un impact sur le bien-être psychosocial de tous les enfants. Tous les enfants. Les enfants ont été arrachés à leur foyer, séparés des personnes qui s’occupent d’eux et directement exposés à la guerre. Les enfants ont été secoués par les explosions de bombes et les sirènes hurlantes des systèmes d’alerte aux missiles. Presque tous les enfants doivent faire face à l’absence de leur père, de leurs frères et sœurs plus âgés ou de leurs oncles, car presque tous les hommes âgés de 18 à 60 ans sont mobilisés pour l’effort de guerre. Et, surtout, de nombreux enfants ont été témoins ou victimes de violences physiques et sexuelles.

Mais les enfants sont résilients. L’expérience de l’UNICEF, qui travaille depuis des décennies avec les enfants touchés par les conflits armés, a clairement montré qu’un grand nombre d’enfants touchés rebondiront s’ils retournent à l’école, restent en contact avec leur famille et leurs proches, et retrouvent une certaine normalité dans leur vie. Un sous-ensemble aura besoin d’un soutien psychologique plus intensif. Et un nombre plus restreint, mais important, présentera des symptômes de trouble de stress post-traumatique généralement après 2 à 4 mois de leur expérience. Ce groupe aura besoin d’un soutien intensif de la part d’un groupe de professionnels spécialisés.

Permettez-moi d’insister sur un problème particulier que nous constatons. La main-d’œuvre ukrainienne – travailleurs sociaux, psychologues pour enfants et autres professionnels – est également touchée par ce conflit. Et le pays a besoin d’eux maintenant – peut-être plus que jamais. Il est plus important que jamais de retenir la main-d’œuvre et de l’aider à rester sur place et à fournir des services. Nous devons être solidaires avec l’épine dorsale de la main-d’œuvre des services sociaux ukrainiens. Nous sommes ici à Lviv pour examiner les options de ce qui sera un déploiement important de soutien par le biais des systèmes gouvernementaux existants pour soutenir cette main-d’œuvre.

L’UNICEF travaille d’arrache-pied, soutenant le gouvernement, coordonnant les partenaires de la protection de l’enfance et augmentant les investissements dans les ONG locales et les services gouvernementaux.

Les enfants handicapés ont souffert de manière disproportionnée

Permettez-moi de souligner un certain nombre de statistiques de notre côté. Depuis le 24 février, l’UNICEF et ses partenaires ont offert des services de santé mentale et des services psychosociaux à plus de 140 000 enfants et aux personnes qui s’occupent d’eux, dont la grande majorité sont des engagements directs avec des enfants et des psychologues qualifiés. Plus de 34 000 enfants ont bénéficié de services spécialisés par le biais de la gestion des cas de travail social et de l’orientation vers des services de soutien, grâce à la mise en place d’équipes mobiles de travailleurs sociaux, de psychologues pour enfants, d’infirmiers et d’avocats. Nous disposons désormais de 56 unités mobiles opérationnelles à travers le pays, dont 12 dans l’Est. Plus de 7 000 femmes et enfants ont bénéficié de services de prévention de la violence, d’atténuation des risques et de réponse à la violence, notamment la violence sexiste, y compris dans les régions de l’Est du pays.

Mais ce n’est pas suffisant. Bien que nous travaillions en surrégime, je pense que nous devons être prêts avec des services plus spécialisés pour les enfants survivants de violences physiques et sexuelles. Et les enfants handicapés, qui ont souffert de manière disproportionnée à cause de cette guerre, doivent recevoir un soutien urgent. Le gouvernement, l’UNICEF et les partenaires sont en train de mettre à l’échelle plus de services pour ces enfants maintenant. »

Accéder aux contenus multimédia : ici