Le plaidoyer institutionnel en faveur des enfants

Publié le 24 juin 2015 | Modifié le 13 juin 2016

Le plaidoyer institutionnel en faveur des enfants

L’UNICEF France incarne le mandat de l’UNICEF sur le territoire français, notamment au travers de son plaidoyer institutionnel. Le but du plaidoyer à l’UNICEF France est simple et essentiel : que les droits de l’enfant soient à l’agenda des décideurs publics !

La France a été un des tous premiers pays à signer la Convention relative aux droits de l’enfant et l’a ratifiée en 1990. Elle s’est donc engagée à la respecter dans toutes ses actions politiques, comme les politiques publiques en France (lutte contre la pauvreté et l’exclusion, éducation nationale, justice, etc.) mais aussi les actions extérieures (diplomatie, aide au développement, interventions armées, etc.).

Influencer les pouvoirs publics

Le mandat de l’UNICEF France ne lui permet pas de développer de programmes directement auprès d’enfants en difficulté sur le territoire français, ni d’y soutenir financièrement des projets. L’action du plaidoyer consiste donc à agir en faveur des droits de l’enfant dans notre pays et à influencer les pouvoirs publics.
L’UNICEF France considère que chaque enfant compte, partout et tout le temps. Nous portons donc une attention particulière aux enfants les plus vulnérables (les enfants confrontés à la pauvreté, les enfants migrants, les enfants en situation de handicap ou encore les enfants concernés par les décisions de justice…).

Ainsi, l’UNICEF France a pris position dès 2008 sur les différentes réformes de la justice pénale des mineurs, ainsi que sur l’instauration du Défenseur des droits en 2011.
Plus récemment, nous avons également pris part à l’élaboration du plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, ou encore à la Refondation de l’Ecole de la République.

Les résultats sont là : nous avons obtenu par exemple que le système éducatif « veille à l’inclusion scolaire de tous les enfants » et non plus seulement « des élèves » et que l’enfant figure dans l’intitulé du portefeuille de la secrétaire d’Etat chargée de la Famille, des Personnes âgées, de l’Autonomie et de l'Enfance.

Veiller sur les droits de l’enfant en France…

L’UNICEF France partage son expertise avec ses partenaires, construit des positionnements pour alimenter les débats dans l’élaboration des lois et produit des travaux pour influencer les orientations politiques impulsées par le Gouvernement.

Par ailleurs, l’UNICEF France joue un rôle central lors de l’audition de la France par le Comité des Droits de l’enfant des Nations Unies qui a lieu tous les 5 ans. Cette étape vise à vérifier que les droits de l’enfant en France sont bien respectés !  

… Et à l’étranger !

Le plaidoyer de l’UNICEF France s’exerce également hors de nos frontières grâce à un partenariat avec le Ministère des Affaires étrangères. Les priorités françaises dans sa politique de développement et d’action humanitaire convergent avec celle de l’UNICEF France. Elles sont notamment définies dans la Loi d’orientation et de programmation relative à la politique de développement et de solidarité internationale, à laquelle l’UNICEF France a contribué.
Ainsi, l’UNICEF et le Ministère français des Affaires étrangères coopèrent dans les domaines suivants :
-    Santé maternelle et infantile, via les fonds français Muskoka
-    La protection des enfants dans les conflits armés (principes de Paris en 2007)
-    Lutte contre la malnutrition infantile
-    Enregistrement des naissances
-    Education de base
-    Violences basées sur le genre en milieu scolaire
-    Changement climatique

L’UNICEF France restera attentif à la prise en compte réelle des enfants et des adolescents, en particulier des plus vulnérables, dans les politiques publiques !

 

  • Mineurs non accompagnés dans les CAOMI : de l'urgence de sortir de l’urgence !
    Logo de l'UNICEF France

    Nos associations ont, dans une lettre remise au Président de la République à l’occasion du 20 novembre, formulé des inquiétudes quant à la situation des mineurs placés dans des Centres d’orientation pour mineurs isolés (CAOMI) créés à la suite du démantèlement du bidonville de Calais.

  • Résultats de la 3e Consultation nationale de l’UNICEF France
    Suite à la Consultation nationale, l’UNICEF France propose des recommandations pour interpeller le futur Président de la République. Écoutons ce que les enfants ont à nous dire…

    Pendant 6 mois de participation, 21 930 enfants de 6 à 18 ans ont donné leur avis sur des sujets de leur quotidien à travers la Consultation nationale de l’UNICEF France. Suite à cette Consultation, qui met en perspective les inégalités sur la cartographie territoriale des droits des enfants, l’UNICEF France propose des recommandations pour interpeller le futur Président de la République. Écoutons ce que les enfants ont à nous dire…

  • Mineurs de Calais : lettre au président Hollande par 18 organisations, inquiètes
    Remise d’une lettre à François Hollande par 18 organisations, dont l’UNICEF France, inquiètes de la prise en charge des mineurs isolés sur le territoire français notamment suite au démantèlement de la Jungle de Calais.

    « Très vive inquiétude pour les mineurs isolés, notamment ceux de Calais suite au récent démantèlement de la Jungle ». Samedi 19 novembre 2016, à la veille de la Journée des droits de l’enfant, une lettre a été remise à François Hollande par 18 organisations pour demander au gouvernement de revoir sa copie.