27 enfants sierra léonais reviennent dans leur pays pour la première fois depuis la guerre

Publié le 04 septembre 2005 | Modifié le 19 septembre 2018

Sur un fond de musique traditionnelle bubu, associé aux cris de bienvenue des écoliers, un convoi de quatre camions de l'UNHCR (Haut Commissariat aux Réfugiés) est arrivé le 12 août à Makeni, en Sierra Leone. A leur bord, 27 enfants sierra léonais posent pour la première fois depuis la guerre le pied sur leur sol natal, après des années passées de l'autre côté de la frontière, en Guinée. Séparés de leurs familles durant la guerre civile, ils sont arrivés au Centre pour enfants de Makeni, une institution tenue par la Commission Nationale pour les Enfants affectés par la guerre (NACWAC), et soutenue par l'UNICEF.

Bien que fatigués par leur long voyage de plus de 200 Km entre la Guinée et la Sierra Leone, les enfants semblaient soulagés et heureux d’arriver. Ces 27 enfants font partie des quelques 380 enfants sierra léonais enregistrés en Guinée par le CICR et l’ONG IRC (International Rescue Committee), ayant émis le souhait de retourner chez eux. Accueillant les enfants lors d’une cérémonie spéciale de bienvenue, le Représentant de l’UNICEF en Sierra Leone, Geert Cappelaere, a souligné le fait que ces enfants, séparés depuis de longues années de leurs familles, devaient avoir de nombreuses attentes, et se sentir à la fois emplis d’excitation mais aussi d’anxiété à propos de ce que l’avenir leur réserve. M. Cappelaere a insisté sur le fait qu’ “aucun effort ne serait épargné pour soutenir ces enfants, leur famille et leur communauté en vue d’une réintégration en douceur”. Il a ainsi invité chacun à s’assurer que tous les enfants encore présents en Guinée et souhaitant rentrer chez eux soient bel et bien, et le plus rapidement possible, rapatriés en Sierra Leone, pour ne pas décevoir leurs attentes. Lors de la cérémonie, le Représentant de l’UNICEF a distribué aux enfants rapatriés des kits de matériel scolaire, les encourageant à reprendre l’école dès leur retour au sein de leurs communautés. La ministre du Bien-être social, du Genre et des Enfants, Ms. Shirley Gbujama, présente lors de la cérémonie, a expliqué que le retour de ces enfants en Sierra Leone était significatif tant il symbolisait les avancées réalisées en matière de restauration de la paix et de la stabilité dans le pays ces derniers années. Elle salua à l’occasion l’étroite et efficace collaboration entre l’UNICEF, l’UNHCR, les ONG et les institutions gouvernementales, qui permit le retour des enfants en Sierra Leone. Cependant, la Ministre a souligné le fait que nombre de ces enfants, et particulièrement les filles, ont fui le pays alors qu’elles étaient de très jeunes enfants, et reviennent aujourd’hui en tant de jeunes mères. Elle a signalé que les efforts du gouvernement pour assurer le retour de tous les enfants sierra léonais présents dans les pays limitrophes ne seraient pas comptés. Elle a aussi indiqué que le gouvernement discutait actuellement de nouvelles lois sur l’adoption visant à lutter plus efficacement contre les phénomènes de trafic d’enfants et d’adoption frauduleuse et plus généralement à prévenir toute sorte d’abus à l’égard des enfants. La secrétaire générale de la Commission nationale pour les enfants affectés par la guerre (NACWAC), Mme. Bintu Magona, a quant à elle révélé que son institution avait d’ores et déjà, avec le concours de l’UNICEF, ouvert trois centres temporaires en Sierra Leone pour recevoir les enfants rapatriés. Avec le soutien de l’UNICEF et d’autres organisations de protection de l’enfance, ces centres sont actuellement prêts à prendre en charge les enfants en leur fournissant un toit temporaire, ainsi que les divers services suivants : conseils, recherche et réunification familiale, formations professionnelles, éducation informelle, activités récréatives. Note: Dans le cadre de son programme national de réintégration communautaire des enfants séparés, l’UNICEF, en partenariat avec le Ministère du Bien être social, du Genre et des enfants, le Haut-commissariat aux réfugiés, la Commission nationale d’action Sociale (NaCSA), la Commission nationale pour les anfants affectés par la guerre (NaCWAC) et les organisations de protection de l’enfance, a facilité la collaboration transfrontalière avec les divers partenaires guinéens, en vue du rapatriement des enfants.

Soutenir nos actions