Afghanistan : les écoliers en danger

Publié le 15 juillet 2009 | Modifié le 31 août 2015

Les enfants sont très exposés à la violence, dans ce pays dont les élections focalisent aujourd'hui l'attention de la communauté internationale.

Le 9 juillet dernier, une explosion près d’une école a fait 25 morts dont 15 enfants dans le sud de Kaboul. Les établissements scolaires afghans ne sont toujours pas des lieux sûrs. Cette explosion n’est pas un événement isolé. Entre le 1er mai et le 24 juin derniers, l’Unicef a compté 98 « incidents » dans les écoles afghanes. Des attaques directes dans et autour des établissements scolaires, avec des petites armes et des roquettes mais aussi des incendies et des menaces. Les jeunes mettent leur vie en danger à l’école et sur le chemin de l’école. Durant cette période, les attaques contre ces établissements ont fait 33 morts et 157 blessés.
Voter à l’école
Les écoles sont des cibles lors des combats sur le sol afghan. L’Unicef milite donc aujourd’hui pour développer l’image de neutralité de l’école, pour éloigner les attaques des salles de classes. Ce lieu d’éducation reste cependant trop lié au domaine politique dans ce pays. Les prochaines élections présidentielles et des conseillers provinciaux qui se tiendront le 20 août 2009 devraient encore mettre les établissements scolaires en danger. Les écoles, tout comme les cliniques, doivent servir de bureaux de vote pour ce scrutin. Un vrai risque pour les établissements. L’Unicef tente actuellement de mettre en avant d’autres possibilités, comme l’installation des isoloirs au sein de bâtiments gouvernementaux. Pour sortir le politique des écoles et limiter ainsi les risques d’attaques.

L’appel d’Ann M. Veneman, directrice générale de l’Unicef

«Les attaques qui touchent les écoles font reculer le pays et menacent les progrès significatifs réalisés ces dernières années en matière d’éducation et de santé des enfants. Toute recrudescence de la violence rend la poursuite de ces progrès plus difficile. (…) Même lorsqu’ils ne souffrent pas directement de la violence, l’éducation et l’avenir des enfants et de leurs familles est en jeu lorsque les jeunes ne se sentent pas en sécurité à l’école ou sur le chemin de l’école. Comme tous les autres enfants, les jeunes d’Afghanistan ont le droit d’être protégés de la violence et de se développer loin des menaces, intimidations et attaques violentes. L’Unicef appelle toutes les parties impliquées dans les combats à respecter ce droit.»

Soutenir nos actions