Alain Legoux, un président de comité UNICEF au plus près des élus

Publié le 04 mars 2014 | Modifié le 23 décembre 2015

Président du comité UNICEF Loire-Atlantique, Alain Legoux nous décrypte son travail et son action avec les élus locaux. Un travail de plaidoyer institutionnel qui porte ses fruits tant il génère des avancées concrètes pour le bien-être des enfants au sein des collectivités.

L’écoute, l’observation, l’aisance relationnelle, le sens des responsabilités, le travail collectif… Autant de qualités requises pour endosser le costume de président de comité UNICEF. Depuis 2009, Alain Legoux met toutes ces qualités, acquises durant son expérience de manager dans le secteur privé, au profit de la cause des enfants. Il est devenu aujourd’hui un interlocuteur direct des maires et des conseillers généraux, soucieux de promouvoir les droits des enfants dans leurs collectivités.
 
Ce travail bénévole, qui l’anime au quotidien, répond à une sensibilité profonde dont l’unique objectif est de servir la cause des enfants. « J’ai toujours recherché ce que je pouvais apporter à une cause humanitaire, raconte Alain Legoux, en fonction de mon expérience, mes connaissances, mes capacités. Tout au long de mon engagement associatif, j’ai travaillé pour quelques associations, et aujourd’hui je suis fier de travailler pour l’UNICEF. Défendre l’enfant, c’est-à-dire l’avenir du monde, c’est une cause magnifique. »

À chaque ville amie des enfants son référent bénévole de l’UNICEF

La qualité du relationnel et de l’accompagnement des salariés des collectivités est la base du travail de ce comité avec les Villes amies du département, afin de les encourager à promouvoir les droits de l’enfant dans leurs programmes d’action. « On a fait en sorte que dans notre comité, chaque Ville amie des enfants ait un référent bénévole de l’UNICEF qui aura la charge du suivi des actions sur la politique de l’enfance et de la jeunesse, explique Alain Legoux. Nous travaillons directement avec les salariés des villes, dans la direction éducation-enfance-jeunesse, afin de bien se faire admettre par ce service, connaître l’élu et se faire reconnaitre par l’élu ! »
 
Connaitre l’élu, c’est bien, se faire reconnaitre par l’élu, c’est encore mieux. Ce travail de fond est réalisé par la belle implication des bénévoles, devenus incontournables auprès des Villes amies. Alain Legoux assure un rôle de coordinateur au contact des maires et des élus. Ce travail opérationnel et relationnel a permis au comité UNICEF de Loire-Atlantique de passer de 3 Villes amies des enfants à 4 aujourd’hui.

Inauguration d’une maison de la petite enfance : symbole de l’action de l’UNICEF

Des avancées concrètes pour le bien-être des enfants découlent de la collaboration de l’UNICEF avec les Villes amies des enfants. Le 24 février 2014, une maison de la petite enfance a été inaugurée à Saint-Sébastien-sur-Loire, située en périphérie de la métropole nantaise. «Cette inauguration de la maison de la petite enfance est une concrétisation importante de notre action, se félicite Alain Legoux en rendant hommage au travail accompli par les bénévoles de son comité, car elle résulte d’un partenariat entre la Ville et l’UNICEF ».
Grâce à ce partenariat, cette maison de la petite enfance propose un service de crèche collective, de halte-garderie, un espace de consultation des nourrissons, et des salles d’activités pour tous les petits enfants de Saint-Sébastien-sur-Loire.
 
À Nantes par exemple, autre Ville amie des enfants, le comité UNICEF Loire-Atlantique organise depuis 5 ans la Quinzaine des droits de l’enfant, en partenariat avec la Ville. Un événement qui s’inscrit dans le cadre des festivités autour du 20 novembre. Chaque année, pour la journée internationale des droits de l’enfant, le comité UNICEF recommande des actions aux Villes amies et les accompagne dans l’élaboration d’un programme à la fois éducatif et festif, mixant rencontres, spectacles, ciné-débats, expositions, animations…

La force du plaidoyer institutionnel

De nombreux élus se nourrissent des idées, des conseils, et des recommandations de l'UNICEF. « Lors de notre dernière réunion avec les quatre Villes amies des enfants, nous avions posé le thème du déplacement de l’enfant dans la ville (aménagement urbain, transports, accessibilité…) sur la table des réflexions. Aujourd’hui, les politiques prennent en compte nos recommandations avisées sur les droits de l’enfant, c’est une bonne chose pour l’UNICEF, les enfants, la ville ! » s’en réjouit Alain Legoux.
 

À ce jour, à travers toute la France, 246 Villes amies des enfants œuvrent aux côtés de l’UNICEF pour faire avancer les droits de l’enfant. Grâce au travail des bénévoles.
 
Pour en savoir plus :
Présentation du réseau des 246 villes amies des enfants
Tour de France des villes amies des enfants
Devenir bénévole à l’UNICEF
En savoir plus

Les 4 Villes amies des enfants de Loire-Atlantique sont :

Soutenir nos actions