Amérique centrale : au moins 1,5 million d'enfants exposés à des maladies graves en raison de la contamination de l'eau

Publié le 25 janvier 2021

Les ouragans qui se sont succédé en Amérique centrale ont laissé au moins 1,5 million d'enfants exposés à des maladies graves en raison de la contamination de l'eau.

Panama City, le 22 janvier 2021 - Plus de deux mois après le début des puissants ouragans Eta et Iota, plus de 1,5 million d'enfants sont toujours exposés à des maladies mortelles en Amérique centrale, car de nombreux systèmes d'approvisionnement en eau, notamment les puits et les latrines, ont été contaminés, a déclaré aujourd'hui Jean Gough, directeur régional d'UNICEF pour l'Amérique latine et les Caraïbes, au terme d'une visite de dix jours sur le terrain dans les communautés touchées au Honduras et au Guatemala.

« Cela me fait mal que de nombreuses maisons et écoles soient encore enterrées sous le sable ou couvertes de boue dans les communautés touchées par les ouragans », a déclaré Jean Gough. « J'ai vu des larmes dans les yeux de mères qui ont perdu leur investissement dans le bien-être de leurs enfants. Deux mois après les violents ouragans qui ont frappé l'Amérique centrale, les besoins humanitaires des familles avec enfants sont encore très importants et vont durer longtemps. De nombreux puits ont été contaminés, et les installations d'eau ont été endommagées et détruites. Sans accès à de l'eau propre, le risque de diarrhée et d'autres maladies d'origine hydrique reste élevé. Si des mesures urgentes ne sont pas prises, un plus grand nombre d'enfants risquent de souffrir de malnutrition, d'abandonner l'école et de tomber dans la pauvreté. »

Au Honduras, au Guatemala et au Nicaragua, plus de 1 230 écoles ont été partiellement endommagées ou détruites. Les toits ont été emportés par les eaux, les toilettes et les murs ont été détruits, et le mobilier et le matériel scolaires ont été abîmés. Si des mesures immédiates ne sont pas prises, de nombreux enfants risquent de ne pas pouvoir suivre une scolarité en face à face pendant une nouvelle année scolaire en raison des conséquences des ouragans.

Il est urgent d'améliorer leurs conditions de vie des communautés

Les zones touchées par les ouragans sont également celles qui étaient déjà touchées par des niveaux de violence et de pauvreté parmi les plus élevés au monde avant même la pandémie. Les deux forts ouragans et les impacts socio-économiques de la pandémie ont poussé davantage de familles avec enfants dans la pauvreté.

« Je suis préoccupé par le fait que de nombreux parents ont perdu leur emploi à cause de la pandémie et ont ensuite perdu leurs biens, leurs maisons et leurs récoltes à cause des ouragans. Ces enfants et leurs familles se retrouvent maintenant avec très peu de nourriture, très peu d'eau potable et très peu d'argent pour survivre. Beaucoup d'entre eux sont susceptibles de migrer vers le nord à la recherche d'une vie meilleure dans les semaines et les mois à venir. Il est urgent d'améliorer leurs conditions de vie pour qu'ils puissent rester dans leurs communautés touchées par les ouragans Iota et Eta, y compris en retournant à l'école », a souligné Jean Gough.

En collaboration avec les gouvernements et d'autres partenaires, les équipes d'UNICEF sur le terrain fournissent une aide humanitaire pour répondre aux besoins les plus urgents des enfants et des familles dans les pays d'Amérique centrale touchés par les ouragans, notamment le Honduras, le Guatemala et le Nicaragua :

  • Au Honduras, 5 000 personnes ont bénéficié de services d'eau, d'assainissement et d'hygiène (WASH) dans des abris, près de 12 000 enfants et personnes s'occupant d'eux ont participé à des activités de prévention de la violence, 2 232 enfants ont bénéficié d'espaces sécurisés dans des abris, 3 713 familles ont été touchées par des transferts en nature et des agents de santé ont été formés au dépistage nutritionnel. UNICEF soutient également la restauration des infrastructures WASH dans les écoles, après leur utilisation intensive comme abris, en préparation de la réouverture des écoles.
  • Au Guatemala, les brigades de nutrition ont fourni des services à plus de 23 800 enfants, et ont identifié et traité 249 enfants souffrant de malnutrition aiguë. Des kits d'hygiène ont été livrés à 1 258 familles, au bénéfice de 2 375 enfants, et des travaux sont en cours pour la réhabilitation des systèmes locaux d'approvisionnement en eau au bénéfice de 489 familles. Dans les abris et les communautés, 2 125 enfants ont bénéficié d'un soutien psychosocial. L'acquisition de salles de classe temporaires est en cours, néanmoins, étant donné le nombre d'écoles détruites, un soutien supplémentaire est nécessaire pour répondre aux besoins en matériel et en équipement.
  • Au Nicaragua, les fournitures WASH ont bénéficié à 25 000 personnes dans les communautés touchées, du matériel a été distribué pour soutenir les activités de protection de 3 600 enfants et adolescents, et 12 espaces adaptés aux enfants sont en cours de création dans les zones touchées. Le personnel de dix organisations et des gouvernements locaux a été formé à la communication pour le développement et à la responsabilité des populations touchées (AAP). UNICEF expédie dans le pays dix tentes pour des espaces d'apprentissage temporaires et des cartables pour atteindre 20 000 enfants dans certaines des communautés les plus isolées touchées.
  • Au Belize, 8 850 familles ont reçu des messages de prévention des maladies d'origine hydrique et des comportements sains, et 150 familles ont reçu des kits d'hygiène et de nutrition. Distribution de kits d'hygiène/nutrition à plus de 1 970 familles, au niveau national, touchant plus de 4 925 enfants. Des kits de jeux pour le développement de la petite enfance sont achetés localement pour être distribués à 390 familles dans les communautés touchées par les ouragans. En outre, 975 garçons et filles âgés de 0 à 8 ans bénéficieront de matériel ludique et récréatif pour soutenir les possibilités d'apprentissage.

Un sentiment d'espoir

« Malgré la pandémie, malgré ces ouragans, j'ai vu des femmes et des hommes engagés dans le nettoyage des puits et la réhabilitation des écoles. Même les enfants aidaient à installer des stations de lavage des mains dans les écoles pour qu'ils puissent continuer à apprendre. Cela me donne un grand sentiment d'espoir. Dans ces communautés fortes et résilientes, de petits investissements peuvent vraiment faire une grande différence dans la vie des enfants. Des fonds supplémentaires sont nécessaires de toute urgence pour réparer davantage d'écoles, rétablir les systèmes d'eau et d'hygiène et fournir aux élèves des kits et des fournitures scolaires avant le début de l'année scolaire dans quelques semaines », a déclaré Jean Gough.

En décembre, UNICEF a lancé un appel de 42,6 millions de dollars pour fournir une aide humanitaire à 647 000 personnes touchées par les ouragans Eta et Iota, dont 327 000 enfants. Plus de deux mois après que les ouragans ont dévasté l'Amérique centrale, UNICEF n'a reçu que moins de 30 % des fonds nécessaires pour aider les familles dans le besoin.

Pour soutenir les gouvernements d'Amérique centrale, UNICEF appelle d'urgence la communauté internationale à renforcer son engagement financier afin de créer des conditions minimales permettant aux familles avec enfants touchées par les ouragans de rester dans leur communauté et d'éviter des revers majeurs en matière d'accès à l'éducation, à la nutrition, à la protection, à l'eau et à l'assainissement.

À l'approche de la rentrée scolaire, dans les semaines à venir, UNICEF exhorte également les gouvernements d'Amérique centrale à rouvrir les écoles et se tient prêt à soutenir leurs efforts. Les prochaines semaines et les prochains mois seront décisifs pour le rétablissement de l'éducation, notamment des systèmes d'assainissement et d'approvisionnement en eau dans les écoles, ainsi que pour la mise en œuvre de protocoles sanitaires visant à prévenir la propagation de la COVID-19.