Après le séisme au Népal, les enfants sous la menace des épidémies

Publié le 04 mai 2015 | Modifié le 27 janvier 2016

La santé et le bien-être des enfants touchés par la catastrophe tiennent à un fil. Beaucoup d’enfants et leurs proches se sont retrouvés sans-abri, en état de choc profond et sans accès à des soins essentiels. Dans ces conditions très sensibles, le risque d'épidémies est grand, il faut agir très vite.

« Les hôpitaux sont pleins à craquer, l’eau est rare, des corps restent ensevelis sous les décombres et des gens dorment encore en plein air. C’est un terreau idéal pour les maladies » témoigne Rownak Khan, représentant adjoint de l’UNICEF au Népal.
 
Le tremblement de terre du 25 avril 2015 a dévasté plus de 130 000 maisons et un nombre inimaginable d’infrastructures publiques telles que les hôpitaux, déstabilisant brutalement le fonctionnement de tout le pays. 3 millions de personnes ont maintenant besoin d’une aide alimentaire, et environ 24 000 personnes vivent dans 13 camps de déplacés à Katmandou.
 
Le Népal est un pays où un peu plus de 40% des enfants souffrent d’un retard de croissance, la nutrition des enfants est une inquiétude constante. Au moins 15 000 enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère ont besoin d’une alimentation thérapeutique.

Agir vite et immédiatement pour empêcher les épidémies

La saison de la mousson doit commencer dans quelques jours et les enfants courent un risque accru de contracter des maladies comme le choléra et des infections diarrhéiques.
 
« Nous n’avons que peu de temps pour mettre en place des mesures qui permettront de protéger les enfants touchés par le séisme contre des épidémies de maladies infectieuses. Il y a urgence. Avec la mousson, le danger sera exacerbé par l’humidité, des sols gorgés d’eau et boueux, alerte Rownak Khan. Voilà pourquoi il est crucial d’expédier maintenant dans ces zones des médicaments essentiels, du matériel médical, des tentes et des réserves d’eau. »
 
Dès le jour du séisme, les fournitures humanitaires prépositionnées sur place par l’UNICEF ont servi. Les équipes de Katmandou ont immédiatement pu commencer à organiser une intervention d’urgence et apporter de l’aide :

  • Cliniques d’urgence dans les hôpitaux
  • Bâches pour faire des abris
  • Services de distribution d’eau par des camions citernes dans les camps improvisés qui avaient surgi un peu partout
  • Comprimés de purification de l’eau et trousses d’hygiène

Lancement d’une campagne de vaccination d’urgence

Comme après chaque catastrophe naturelle, les systèmes de santé sont frappés de plein fouet, et le parcours de soins se trouve entravé. L’UNICEF a lancé une campagne de vaccination. Objectif : vacciner plus d’un demi-million d’enfants contre la rougeole.
 
Avant le séisme, 10% des enfants népalais n’étaient pas vaccinés contre la rougeole. « Cette maladie est très contagieuse et peut être mortelle, explique Tomoo Hozumi, représentant de l’UNICEF au Népal. Nous craignons que la rougeole puisse se propager très rapidement dans ces conditions précaires de surpopulation à l’intérieur des camps de déplacés où beaucoup de gens vivent. »
 
Depuis des décennies, l’UNICEF se bat pour la vaccination des enfants au Népal. Il y a un réel danger pour que tout ce travail accompli soit remis en cause. C’est pourquoi il est important de vacciner les enfants les plus vulnérables du Népal. Pour les protéger.
 
Les enfants du  Népal ont besoin de notre aide maintenant.
Aidez-nous à porter secours aux enfants dans les urgences.

 
Pour en savoir plus :
Nouveau tremblement de terre au Népal !
Au Népal, les familles restent dignes malgré l’état de choc

Nouveau sésime au Népal

Un nouveau séisme a secoué le Népal ce mardi 12 mai 2015.
Les équipes de l'UNICEF sont mobilisées et nous faisons suivre des infos sur la situation des enfants dès que possible.
 
Découvrez les premiers témoignages de nos collègues sur notre page Facebook.
Suivez notre fil Twitter pour connaître l'évolution de la situation.

Inscrivez-vous

Suivez toutes les actualités de l'UNICEF

Soutenir nos actions