Asie du Sud : des mesures pour prévenir le trafic d'enfants

Publié le 12 janvier 2005 | Modifié le 29 décembre 2015

Pour prévenir le trafic d’enfants dans les pays sinistrés par les tsunamis, les gouvernements, l’UNICEF et plusieurs ONG partenaires ont rapidement mis en place des mesures de protection des enfants isolés.

Le gouvernement indonésien, l’UNICEF et plusieurs ONG partenaires ont rapidement mis en place plusieurs mesures de prévention et de protection afin d’éradiquer la menace de trafic qui pèse actuellement sur les 35 000 orphelins estimés par les autorités indonésiennes :

Un moratoire sur l’adoption : il est formellement interdit aux enfants d’Aceh de moins de 16 ans de quitter le pays
Cette interdiction est suivie d’une surveillance accrue aux aéroports et aux ports du Nord de Sumatra et d’Aceh
Le chef de la police nationale a donné l’ordre aux unité de police locales d’être particulièrement vigilants quant aux cas possibles de trafic d’enfants de la province d’Aceh
Le gouvernement a placé de nombreux enfants d’Aceh dans des orphelinats à Medan et dans d’autres villes de l’île de Sumatra
Un programme d’accueil temporaire des enfants au sein de familles d’Aceh a été mis en place le temps que le processus de réunification des enfants à leur famille soit initié
Le gouvernement indonésien interdira l’adoption d’enfants tant qu’il n’aura pas été clairement déterminé que leurs parents et famille proche ont péri dans les raz de marée
L’UNICEF œuvre avec ses partenaires à l’ouverture de centres d’accueil pour les enfants isolés (20 centres seront ouverts les prochains jours dans les principaux camps de déplacés d’Aceh)
Des formulaires de recensement des enfants isolés ont été distribués dans toute la province d’Aceh
Dans le cas d’une adoption, les habitants d’Aceh auront la priorité, ceci afin de causer le moins possible de traumatismes culturels et affectifs.

En Thaïlande, aucun cas de trafic ou d’enlèvement d’enfants n’a été pour le moment rapporté aux équipes de l’UNICEF, ni au ministère du développement social thaïlandais. Des centres d’accueil pour les enfants, déjà en place avant la catastrophe, ont pu accueillir les enfants sinistrés dans plusieurs provinces du Sud de la Thaïlande : le centre de Krabi a ainsi accueilli 73 enfants sinistrés, celui de Ranong, 25 et celui de Phuket 160. Les autres centres se trouvent dans les district de Satun, Asnan et Trang. En outre, le gouvernement thaïlandais considère que l’adoption des enfants isolés n’est pas une option envisageable pour le moment. Des mesures spécifiques ont été prises pour protéger les enfants et prévenir le trafic :

L’enregistrement de tous les enfants isolés : malgré le fait que les autorités soient préoccupées par les enfants immigrés illégaux
Fournir des soins et un hébergement temporaire aux enfants isolés
Identifier les enfants ayant une famille, même éloignée (les parents devront fournir des documents prouvant leur lien avec l’enfant
Des volontaires ont été déployés à Ranong et à Phuket pour conduire une opération de surveillance locale
L’UNICEF a alerté les autorités nationale et locales dédiées à la protection de l’enfance sur la menace du trafic d’enfants. Selon le responsable du Cabinet du premier ministre, les autorité prépareraient une déclaration à ce sujet
Les équipes de l’UNICEF dans toutes les provinces du Sud (à l’exception de Trang et Satun) ont été alerté sur le sujet et travaillent avec les autorités locales pour renforcer le système d’enregistrement des enfants, ainsi que le système de protection de l’enfance
L’UNICEF a pour objectif, avec les autorités locales, d’encourager les ONG partenaires, les communautés et les médias à être plus vigilants concernant la protection de l’enfance, le trafic, les enlèvements, les abus et l’exploitation

L’UNICEF en Malaisie a reçu des informations non-vérifiées concernant une possible implication d’organisations criminelles malaises dans les prémisses de trafic d’enfants à Sumatra. L’UNICEF en Malaisie est en contact permanent avec le bureau UNICEF en Indonésie, la Police Royale Malaise et le Département malais des affaires sociales.

L’UNICEF Malaisie va travailler en étroite collaboration avec le Ministère de l’Intérieur malais, et demandera au gouvernement de renforcer les dispositifs de contrôle aux services de l’immigration pour empêcher que des enfants victimes des tsunamis ne soient transportés illégalement en Malaisie. La Malaisie a interdit les adoptions en raison des craintes de trafic d'enfants à Aceh.

Soutenir nos actions