Asie du Sud : état des lieux des écoles dans les zones sinistrées

Publié le 03 février 2005 | Modifié le 29 décembre 2015

Pour l’UNICEF, la réouverture des écoles est un élément clé du retour à la normale après une catastrophe. Alors que la rentrée des classes s’est effectuée dans la majorité des pays sinistrés, nous vous proposons un état des lieux des écoles avant et après le tsunami dans chaque pays.

Indonésie :

Avant le tsunami :
La province d’Aceh comptait 5 582 écoles et madrassas (écoles coraniques), 62 000 enseignants et 520 000 élèves en écoles primaires. Le taux de fréquentation des écoles primaires était de 95%.

Après le tsunami :
Suite aux tsunamis, 1 242 écoles, soit 22,3% des 5 582 écoles que comptait la province d’Aceh, ont été endommagées. Au total, 4,3% ont été complètement détruites, et 17,5% ont été sérieusement endommagées. Selon le ministère de l’éducation, 1 814 enseignants sont morts dans le tsunami et 3000 sont sans abri. 130 écoles ont pu réouvrir le jour de la rentrée des classes, le 26 janvier dernier. Seuls 3/4 des élèves ont participé à cette rentrée des classes.

Sri Lanka :

Avant le tsunami :
Les zones affectées par le tsunami comptaient 3547 écoles. Le taux de fréquentation des écoles primaires dans ces zones avant tsunami était de 95%.

Après le tsunami :
Selon le gouvernement, sur 176 écoles touchées par les raz-de-marée du 26 décembre, 74 ont été totalement détruites. Juste après la catastrophe, les déplacés occupaient 260 écoles dans les zones sinistrées. A ce jour, ils n’occuperaient plus que 153 écoles : la plupart se sont installés dans des camps provisoires, aux abords de ces écoles, ont retrouvé leurs terres, ou ont été installés sur des terres allouées par le gouvernement.
L’UNICEF procède actuellement au nettoyage de la totalité des écoles affectées par le tsunami. Alors que la rentrée des classes s’est effectuée le 20 janvier dernier, il est encore impossible de déterminer le taux de fréquentation des écoles depuis la catastrophe, mais il semble particulièrement bas. Cela serait dû au manque de moyens de transport, ainsi qu’à l’absence de revenus pour les familles sinistrées.
Le 31 janvier, l'Unicef a signé un accord avec le gouvernement sri-lankais, dans lequel il s’engage à reconstruire 17 écoles dans six districts affectées par les tsunamis. L’UNICEF estime que le montant de ces travaux de reconstruction s’élèvera à 7 ou 8 millions d’euros. Ces écoles se trouvent dans les districts d’Ampara (4), de Batticaloa (4), de Galle (1), d’Hambantota (2), de Jaffna (2) et de Mullativu (4). La reconstruction des autres écoles sera prise en charge par d’autres donateurs nationaux et internationaux, parmi eux : GTZ (la coopération allemande), le gouvernement italien, le Conseil norvégien des Réfugiés, la Rotary International et la Suisse.
 
Maldives :

Avant le tsunami :
Selon le ministère de l’éducation, les Maldives comptaient 337 écoles avant le tsunami.
Taux de fréquentation des écoles primaires dans les zones sinistrées avant le tsunami : 100%.

Après le tsunami :
318 écoles ont été affectées par le tsunami, dont 85 sérieusement endommagées. L’UNICEF a pu équiper 90% de ces 85 écoles en fournitures scolaires (cahier, stylos, livres scolaires), T-shirts et uniformes. A ce jour, l’agence a couvert les besoins matériels de 60% de la totalité des écoles affectées. L’UNICEF a soutenu la construction de 39 écoles temporaires et de 15 habitations pour les professeurs. L’agence prévoit de reconstruire 6 écoles.

Thaïlande :

Avant le tsunami :
Nombre d’écoles dans les 6 provinces affectées par le tsunami avant la catastrophe : 1033.
La province de Phuket comptait 60 écoles avant le tsunami. Taux fréquentation des écoles primaires en Thaïlande en 2002 : 86%.

Après le tsunami :
Nombre d’écoles affectées par le tsunami dans les 6 provinces : 100, dont 22 sérieusement endommagées, et 4 complètement détruites. Dans la province de Phang-Nga, la plus touchée par les vagues meurtrières, 11 écoles ont été endommagées. Dans la province de Phuket, 10 écoles ont été endommagées, et 2 sérieusement endommagées. Depuis la rentrée des classes, seuls 75% des enfants vont à l’école, les autres restent chez eux, encore traumatisés par la catastrophe.

Soutenir nos actions