Attaques et enlèvements dans deux régions du Cameroun : 90% des écoles ont fermé

Publié le 26 novembre 2019

En raison de violences perpétrées au nord-ouest et au sud-ouest du Cameroun, plus de 850 000 enfants ne peuvent poursuivre leur scolarité normalement.

Au nord-ouest et au sud-ouest du Cameroun, la perspective d’aller à l’école est source d’angoisse dans les familles. Toutes ont conscience de la richesse qu’induit l’accès à l’éducation et les possibilités d’épanouissement et de développement qu’ouvre la scolarisation. Mais la peur de mourir à cause d’une attaque ou d’un enlèvement est là, plus forte. Pour les parents dans ces régions, envoyer un enfant à l’école, c’est s’exposer à ce qu’il ne revienne jamais.

Les conséquences sont dramatiques pour l’avenir de ces enfants privés de scolarité. Depuis la rentrée de septembre, 90% des écoles primaires – soit plus de 4100 écoles – et 77% des écoles secondaires sont fermées ou inopérantes dans le nord-ouest et le sud-ouest du pays. Les enseignants n’osent même plus se rendre sur leur lieu de travail. « Des milliers d’enfants au Cameroun vivent dans la peur, souligne la directrice générale d’UNICEF Henrietta Fore. Pour reprendre leurs études et bâtir leur avenir, la paix est nécessaire. Et plus les enfants sont déscolarisés, plus les risques d’enrôlement dans des groupes armés, de mariage et de grossesse précoces ou d’exploitation augmentent. »

Au terme de trois années de violences et d’instabilité récurrente, on estime que plus de 850 000 enfants au nord-ouest et au sud-ouest du Cameroun ne vont plus à l’école. Parmi ces enfants, 150 000 sont des déplacés, c’est-à-dire qu’ils ont dû fuir leur domicile pour se mettre à l’abri dans une autre région du pays. Déjà fragilisés par ces bouleversements dans leur vie, toute perspective de reprendre une vie normale leur est refusée.

Aider ces enfants en danger, préserver leur scolarité

Face à l’urgence qui se profile, nos équipes sur le terrain ont déjà commencé à agir. Avec ses partenaires, UNICEF fournit des livres et du matériel scolaire à près de 37 000 enfants. Nous prévoyons aussi de procéder à des cours d’alphabétisation et de numérotation à la radio, pour atteindre les enfants qui doivent rester à la maison. Ces cours, qui seront dispensés pendant neuf mois, permettront aux enfants de ne pas prendre trop de retard dans leurs apprentissages. Nous travaillons en outre à former des professeurs sur des programmes d’éducation accélérée.

Vous pouvez aider UNICEF à donner un avenir aux enfants du Cameroun qui vivent dans ces zones de conflits : faites un don.

Soutenir nos actions