Bilan Tsunami 6 mois après

Publié le 25 mai 2005 | Modifié le 29 décembre 2015

L’organisation a également évoqué les mois et les années à venir à travers l’ambitieux programme de reconstruction prévu. L’UNICEF souhaite que la reconstruction soit effectuée de manière équitable et durable. Les sommes importantes qui ont été collectées vont permettre de faire progresser les pays et de ne pas creuser les inégalités déjà existantes.

« Ces 6 derniers mois ont permis à l’UNICEF de monter des opérations de secours d’une ampleur sans précédent. » a déclaré Jacques Hintzy, président de l’UNICEF France. Grâce à la réponse de l’UNICEF et de ses partenaires, aucun enfant n’est mort de maladies liées aux déplacements et aux concentrations de population, plus de 1,4 million d’enfants ont été vaccinés contre la rougeole, des médicaments essentiels ont été distribués à 800 000 personnes et 850 000 enfants ont reçu des compléments de vitamine A. Actuellement, 850 000 personnes reçoivent 15 litres d’eau potable quotidiennement et plus de 550 000 personnes ont accès à des installations sanitaires. Sur l’ensemble des pays touchés, près de 90% des enfants sont retournés à l’école, plus de 760 000 enfants ont reçu des fournitures scolaires et plus de 330 000 enfants ont reçu du matériel récréatif.

Les contributions des donateurs ont été extraordinaires : 522 millions de dollars ont été récoltés à ce jour par l’UNICEF dans le monde. L’urgence en Asie du Sud a été financée à 322%. La contribution de l’UNICEF France s’élève à 50 millions d’euros. Avec les 4 millions versés par l’Etat, la contribution française à l’UNICEF se monte à 54 millions d’euros et représente 15% de la collecte mondiale réalisée par l’UNICEF. Grâce à ce volume de dons inespéré, une réponse rapide et massive a pu être apportée aux sinistrés. A ce jour, près de 90 millions de dollars ont déjà été dépensés. Fin 2005, 305 millions auront été utilisés pour répondre aux besoins des enfants et des communautés locales.

« Cette manne est une chance pour des pays où la situation des enfants est encore précaire, où l’accès à l’état civil, à l’école, à l’eau potable, à la santé mérite de faire un bond en avant. En 20 minutes, certaines régions ont vu 20 ans de progrès effacés. Six mois, c’est très court pour retrouver un peu de normalité après une telle tragédie. Beaucoup de familles souffrent encore de la perte d’être chers ou de la perte de leur maison, de leur bateau, de leur outil de travail, » a ajouté Jacques Hintzy.

Pour ses programmes dans les six prochains mois et pour les 3 à 5 ans à venir, l’UNICEF a défini cinq principes d’intervention : mieux reconstruire, accélérer la réponse apportée aux problèmes dits « chroniques » dans les pays affectés par le tsunami, ne pas creuser les inégalités, venir en aide aux populations et aux gouvernements affectés directement et indirectement par le tsunami, devoir de transparence envers les donateurs.

L’UNICEF dispose de fonds suffisants pour les 3 à 5 ans à venir sur cette crise et pourra consacrer une plus grande partie de ses ressources régulières aux 33 autres urgences dans le monde comme le Niger, le Darfour où la situation est particulièrement alarmante.

Soutenir nos actions