Centrafrique : l’urgence de la vaccination pour éviter une épidémie

Publié le 10 janvier 2014 | Modifié le 31 mars 2016

Depuis le 8 janvier 2014, une campagne de vaccination d’urgence ciblant plus de 210 000 enfants déplacés par les violences à Bangui est en cours dans les principaux sites de déplacement dans la capitale centrafricaine grâce au soutien essentiel de l’UNICEF. Une action de prévention indispensable pour sauver des vies.

Au moins sept cas de rougeole ont été confirmés, dont trois cas dans un site de déplacés à l’aéroport de Bangui où environ 100 000 personnes déplacées sont maintenant rassemblées. Cette campagne intégrée englobe les vaccinations contre la rougeole et la polio, la supplémentation en vitamine A, le traitement vermifuge, ainsi que le dépistage de la malnutrition.
 
« Tous les facteurs sont réunis pour favoriser l’apparition de maladies potentiellement mortelles : des sites de déplacés surpeuplés, une faible immunisation et la précarité des infrastructures sanitaires et en eau » déclare Souleymane Diabaté, le représentant de l’UNICEF en République centrafricaine. « C’est une combinaison mortelle pour les enfants. Si nous n’agissons pas maintenant, nous pouvons nous retrouver face à une catastrophe. »

La campagne de vaccination, une logistique mise à rude épreuve…

Fournissant la plupart des vaccins, le matériel d’injection et prenant en charge les coûts opérationnels, l’UNICEF assurera également le suivi de la campagne qui se poursuivra pendant plusieurs jours dans des dizaines de sites à travers la ville.
« Quand on parle de campagne de vaccination, il y a toute une logistique derrière qui doit être planifiée pour respecter la chaine du froid, explique Judith Léveillée, représentante adjointe de l'UNICEF en République centrafricaine. Et ce n’est pas simple dans un pays plongé dans une crise de conflit armé car les stations d’essence sont mal approvisionnées donc cela complique l’alimentation des groupes électrogènes, fonctionnant au fuel, qui alimentent les frigos contenant les vaccins. Mais cela a aussi des conséquences sur les véhicules, qui ont besoin de carburant, pour ensuite transporter les vaccins dans les lieux de vaccination sans interrompre cette chaine du froid. »
 
Rappelons qu’en 2013, malgré une détérioration constante et régulière des conditions de sécurité et humanitaires, près d’un demi-million d’enfants ont pu être vaccinés contre la rougeole parmi les 800 000 enfants de moins de 5 ans que compte le pays.


 
Pour en savoir plus :
Toutes nos actualités sur la Centrafrique
La brutalité n’épargne pas les enfants en Centrafrique
Centrafrique : soigner les enfants blessés lors des combats

Inscrivez-vous

Suivez toutes les actualités de l'UNICEF

Soutenir nos actions