Conflit en RCA : 2 millions d'enfants en danger

Publié le 05 avril 2013 | Modifié le 31 mars 2016

Exposés aux violences, privés de services de base, les enfants de République centrafricaine ont besoin d’une aide d’urgence. L'UNICEF agit sur place, mais les conditions sont plus que difficiles : vols de fournitures humanitaires, manque d’accès aux populations affectées…

Suite aux pillages et à l’insécurité qui règne en RCA, 2 millions d’enfants restent toujours privés de services sociaux de base et sont exposés aux violences. Davantage d’enfants encore seront affectés si la situation dans le pays ne se stabilise pas rapidement.
 
Une semaine après la prise de contrôle du pays par la coalition Seleka, l’UNICEF alerte sur les conditions de sécurité qui empêchent l’aide humanitaire, cruciale, d’atteindre les enfants.
Les conséquences pourraient être fatales pour les enfants, alors qu’un grand nombre d’entre eux est déjà dans une situation de grande fragilité.
 
« Les enfants de RCA étaient déjà parmi les plus vulnérables d’Afrique, même avant la récente montée des combats », explique Manuel Fontaine, Directeur régional de l’UNICEF pour l’Afrique du Centre et de l’Ouest. « Il est impératif d’avoir un accès total et sûr aux communautés affectées par le conflit. Avec chaque jour de plus perdu, chaque distribution empêchée, chaque fourniture humanitaire volée, davantage d’enfants pourraient mourir ».
 

10 tonnes de fournitures volées

 
Depuis la récente prise de Bangui et les pillages généralisés, l’UNICEF estime qu’au moins 4,1 millions de personnes, dont près de la moitié d’enfants, sont désormais directement affectés par la crise, et depuis la fin décembre, 1,2 million de personnes ont été totalement coupés des services de base.
 
La dernière semaine de mars, 10 tonnes de fournitures d’urgence ont été volées dans l’entrepôt principal de l’UNICEF ; elles étaient destinées à 30 000 personnes, parmi les plus vulnérables, en particulier des enfants et des femmes, afin de leur venir en aide pour les jours et semaines à venir. Ces fournitures comprenaient des kits pour l’eau, des couvertures, des moustiquaires, des bâches en plastique, et des médicaments et articles de nutrition vitaux.
 
« Les besoins et les droits des enfants doivent être la priorité du nouveau gouvernement » a déclaré Souleymane Diabate, le Représentant de l’UNICEF en RCA. « Pouvoir intervenir dans un environnement sécurisé, et qui nous donne accès à toute la population, est crucial pour l’UNICEF et les autres acteurs humanitaires. »
 

L’UNICEF appelle au respect des principes humanitaires

 
« Pour chaque jour où nous ne pouvons pas distribuer d’aide là où elle est nécessaire, le risque de maladies et d’épidémies est accru. Comment la RCA peut-elle avancer si les fournitures humanitaires essentielles à la survie sont volées aux personnes qui en ont le plus besoin ? »

L’UNICEF appelle toutes les parties du conflit à stopper immédiatement le pillage de l’aide humanitaire, à assurer aux  acteurs humanitaires un accès libre et sûr aux populations affectées, et à assurer que les principes humanitaires, les droits de l’Homme, et les lois soient respectés par tous.

« Le temps est venu pour la Seleka qui a pris le pouvoir, de prouver réellement à quel point elle est attachée aux principes humanitaires et aux droits de l’Homme pour les Centrafricains » a ajouté Manuel Fontaine.

Inscrivez-vous

Suivez toutes les actualités de l'UNICEF

Soutenir nos actions