Côte d'Ivoire : après les combats, la population revient peu à peu

Publié le 16 mai 2011 | Modifié le 31 mars 2016

165 000 Ivoiriens ont fui leur pays après les violences qui ont suivi les élections présidentielles contestées de novembre dernier. Beaucoup n’ont plus de contact avec les membres de leurs familles. D'autres ont perdu des proches pendant le conflit, et des centaines de personnes ont été tuées au cours des six derniers mois. Malgré cela, l’heure du retour semble avoir sonné.

 

 

Deux sacs remplis de casseroles et de vêtements, c’est tout ce que Reine Kpea Zehe et sa famille rapportent chez eux. Après quatre mois passés au Libéria pour fuir les combats qui sévissaient dans leur pays, ils quittent enfin leur refuge pour retourner dans leur foyer, malgré une insécurité persistante.

Lorsque Reine Kpea Zehe est retournée pour la première fois dans son village, elle a assisté à un spectacle de désolation. La plupart des habitations, dont la sienne, ont été pillées et les greniers à céréales vidés. Ailleurs dans la région, de nombreux villages ont été incendiés. Pour Reine, c’est le deuxième voyage en une semaine. Cette fois-ci, elle est venue pour récupérer les derniers biens de la famille et faire savoir aux autres réfugiés que le conflit semble enfin terminé. Car ces derniers temps, les choses vont un peu mieux.  Entre la nuit de leur départ précipité et aujourd’hui, la situation s’est améliorée.

À présent, Reine se projette de nouveau dans l’avenir, même si celui-ci semble parsemé de grandes zones d’ombre. Aujourd’hui, elle est simplement heureuse que la tension redescende dans le pays. « Bien que nous n'ayons rien à manger, nous pouvons enfin commencer à reprendre notre vie là où nous l'avons laissée », dit-elle soulagée.

Faire face à une nouvelle réalité

À présent, le défi le plus important pour les acteurs humanitaires est d'aider les personnes qui ont fui leurs maisons à y retourner et à y reconstruire leurs vies. L’insécurité qui règne encore dans l’ouest du pays rend ce travail encore très délicat.

Ces derniers mois, l'impasse politique a paralysé les services de santé dans le pays. Pour venir en aide à la population, l'Unicef a lancé une campagne de vaccination contre la rougeole dans la région qui touche le Libéria. Cette campagne est destinée en priorité aux enfants qui ont manqué les vaccinations prévues avant le conflit.

Et comme dans toutes les crises, les enfants ont subi une énorme pression. De nombreuses écoles ont été fermées pendant plusieurs mois, privant plus de 800 000 enfants d'accès à l'éducation. Les écoles sont à présent en train de rouvrir, mais aujourd'hui, seulement 400 000 enfants sont revenus en classe. L'Unicef est prêt à aider chaque enfant ivoirien à retourner à l'école, dès que tous seront rentrés chez eux.

Des deux côtés de la frontière, notre organisation continue à se mobiliser pour apporter de l’aide aux personnes touchées par la crise.

En savoir plus :

Interview : "A Abidjan, la vie reprend peu à peu"

Ecoutez l’interview d’Hervé Ludovic de Lys, le Coordinateur des Programmes d’urgence de l’Unicef en Côte d’Ivoire, le 10 mai sur RFI.


 

Soutenir nos actions