Covid-19 : Retour sur les 100 premiers jours d’action d’UNICEF

Publié le 16 juillet 2020

Il y a plus de 100 jours, UNICEF a lancé sa campagne de collecte de fonds la plus importante : plus 1,6 milliard de dollars sont nécessaires afin de répondre à la plus grande crise sanitaire jamais connue. 

La Covid-19, désormais répandue sur tous les territoires, a entrainé une perturbation généralisée des services essentiels partout dans le monde. 100 jours après le lancement de  cet appel de fonds d’urgence, plus de 8,7 millions de cas d’infection au coronavirus sont recensés à travers 205 pays et territoires, et près de 577 000personnes ont perdu la vie. 

Grâce à la générosité des donateurs et partenaires d’UNICEF, les équipes sur le terrain dans le monde entier travaillent de près avec les gouvernements et les partenaires pour protéger les enfants les plus vulnérables des impacts inédits de la pandémie de Covid-19 et ses conséquences. 

Les 5 piliers de la réponse d’urgence

Le début de l’année 2020 a vu les pays et régions atteindre différents stades d’urgence, posant à UNICEF le défi de s’adapter aux différentes contraintes et difficultés. Dès janvier dans les pays d’Asie de l’Est, puis en Europe et dans le reste du monde au fil des mois, le travail d’UNICEF s’est organisé autour de 5 piliers clés. 

1.    S’assurer que tous les enfants et leurs familles aient accès aux informations essentielles pour pouvoir se protéger correctement du virus
L’accès aux informations peut sauver des vies. S’assurer que tout le monde ait accès rapidement à des informations vérifiées est une partie intégrante de la réponse d’urgence d’UNICEF pour empêcher la propagation de la Covid-19. 
Les mesures de confinement et de restriction de mouvements ont parfois limité l’accès aux informations. Ainsi, que ce soit par la télévision, par SMS, avec un mégaphone dans la rue ou par le porte-à-porte, UNICEF et ses partenaires ont fait en sorte de permettre au plus grand nombre d’être informé.  Au cœur de ces méthodes réside l’idée de ne laisser personne de côté. 
Plus de 2,9 millions de personnes ont de ce fait bénéficié de messages de prévention contre la Covid-19, leur permettant de mieux comprendre comment se protéger et protéger leurs enfants du virus.

2.    Former les personnels de santé et volontaires, soutenir les centres de santé et fournir assez de matériel de protection individuelle
La propagation du coronavirus et l’augmentation rapide du nombre de personnes gravement infectées ont placé les pays et territoires touchés face à des défis inédits. Les systèmes, de même que les personnels de santé ont été largement affectés par ce virus particulièrement contagieux, imposant aux gouvernements et acteurs de la santé de trouver de nouvelles manières de fonctionner. 
UNICEF a mis à disposition son expertise et sa capacité logistique afin de fournir les équipements de protection essentiels afin d’aider les pays à se préparer, à protéger ses soignants et à répondre à la crise. 
Les équipes en première ligne ont aussi apporté leur soutien aux Ministères de la Santé et aux organisations partenaires sur place afin de former rapidement les travailleurs de la santé et autres acteurs sur les gestes essentiels, la prévention et le contrôle du virus. 1,9 million de personnel de santé ont été formés, et 500 000 travailleurs de la santé ont pu bénéficier d’équipements de protection individuelle (lunettes, gants, blouses, masques et visières).

3.    Fournir des équipements et fournitures pour permettre le lavage des mains et la bonne hygiène
Se laver les mains à l’eau et au savon est un moyen de se protéger contre de nombreuses maladies dont certaines causent la mort de nombreux enfants vulnérables, en particulier pour les  moins de 5 ans. Avec l’arrivée de la pandémie de coronavirus, le besoin d’avoir un accès durable au lavage des mains est devenu plus essentiel que jamais.   
Pour cette raison, UNICEF a fait de ce besoin l’une de ses priorités. 17,9 millions de personnes dans le monde ont reçu des produits permettant le lavage des mains. En Afghanistan, par exemple, 84 tonnes de savons ont été distribuées à des familles, parmi les plus vulnérables, vivant dans des camps de personnes déplacées en raison du conflit. 

4.    Garantir la protection, l’éducation et la bonne santé mentale des enfants
Les mesures de confinement et de restriction de mouvement ont suspendu l’accès à l’école pour 1,6 milliard d’enfants dans le monde. Pour 90% d’entre eux, l’école est non-seulement un lieu d’éducation, mais est aussi synonyme de protection. 
Dès les premières fermetures d’écoles, UNICEF a travaillé sans relâche pour mettre en place différents moyens d’accès à l’éducation dont 156 millions d’enfants ont pu bénéficier à la télévision, à la radio ou encore sur internet. Pour permettre le retour à l’école rapide de millions d’enfants, 1,1 millions d’établissements scolaires ont été préparés à accueillir de nouveau les élèves en toute sécurité.
Les dernières épidémies ont montré que, maintenus en dehors des écoles, les enfants les plus vulnérables étaient davantage exposés à la violence, à l’exploitation, au travail forcé, aux abus ou encore aux mariages forcés. De plus, la fermeture des écoles, le confinement et la situation globale peuvent être une source de stress et d’anxiété pour de nombreux enfants. Ainsi, les services de protection des enfants et de soutien psychosocial ont aussi été intensifiés.

5.    Garantir l’accès aux soins et à la nutrition pour les enfants et les femmes enceintes 
L’impact de la Covid-19 sur les systèmes de santé déjà affaiblis expose les enfants les plus vulnérables à de nombreux risques et met en danger les progrès réalisés pendant ces deux dernières décennies, notamment au niveau de la vaccination et de la nutrition. 
Depuis le premier jour, UNICEF met tout en œuvre pour maintenir les services essentiels pour la santé des enfants et des femmes enceintes. Ainsi, 6,1 millions d’enfants malnutris ont été admis dans des unités de traitement d’urgence et pris en charge, et 31,6 millions de mères et femmes enceintes ont reçu des conseils relatifs à l’allaitement. 99,2 millions de femmes et d’enfants ont aussi pu continuer à bénéficier de soins basiques, dont les soins pré- et anténataux et les vaccinations. 

A travers cette crise globale, UNICEF a travaillé sans relâche à travers 140 pays, au niveau local de même qu’au niveau global, pour venir en aide aux enfants et à leurs familles et leur permettre de se protéger du virus, de maintenir leur niveau de vie, d’avoir accès à l’éducation et à la liberté de mouvement, soudainement disparue. Malgré un appel de fonds à l’ampleur inédite, les financements reçus sont encore insuffisants : fin juin, seuls 43% des fonds nécessaires avaient été collectés. Alors que le nombre d’infections à la Covid-19 ne cessent d’augmenter, UNICEF a plus que jamais besoin de soutien pour faire face à la pandémie et à ses conséquences potentiellement dévastatrices.