COVID19 : un plan opérationnel de continuité éducative doit être une priorité absolue

Publié le 31 mars 2021

Avant l’annonce de nouvelles mesures par le président de la République, et face au nombre croissant de fermetures de classes, UNICEF France rappelle que la fermeture généralisée des écoles est le dernier recours et que la construction d’un plan opérationnel de continuité éducative doit être une priorité absolue, pour protéger la santé et l’avenir des enfants.

Paris, le 31 mars 2021 - S’il s’avérait que la fermeture généralisée des écoles pouvait constituer un levier essentiel pour ralentir l’épidémie, celle-ci ne doit pas être réalisée au détriment des apprentissages des élèves. Enseignants, professionnels de l’enfance et personnels éducatifs ont depuis un an développé des compétences leur permettant de bâtir une école résiliente face à la crise. Cependant tous les élèves ne sont pas égaux face au numérique et l’usage répandu des réseaux sociaux ne doit pas cacher les fortes inégalités d’accès et d’usages des ressources numériques(1) souvent corrélées aux inégalités sociales entrainant des risques importants de désinvestissement ou de décrochage scolaire(2).

Les enjeux actuels sont éducatifs mais concernent aussi le bien être psychosocial des élèves. Selon un récent rapport de Santé publique France, les 12-17 ans se présentant aux urgences témoignent d’une augmentation de 30 % des idées suicidaires ou de 43 % des épisodes dépressifs par rapport à 2020. Cela est en lien avec la hausse alarmante pendant le premier confinement des violences intrafamiliales dont ont été victimes les enfants : entre le 18 mars et le 10 mai 2020, le numéro d’urgence « Enfance en danger » (119) a constaté une augmentation de 56 % du nombre d’appels reçus, comparé à la même période en 2019(3). Cette fragilité face à l’épidémie est accentuée lors des confinements par des conditions de vie difficiles. Or, en France, un enfant sur 5 vit sous le seuil de pauvreté.

Construire la résilience du système éducatif

UNICEF France rappelle que l’accès à l’éducation est un droit universel inscrit dans la Convention internationale des droits de l’enfant dont la France est signataire.

« L’expérience tirée de l’année écoulée doit permettre d’anticiper pour réduire les incertitudes pesant aujourd’hui sur la continuité éducative. Un plan opérationnel de continuité doit construire la résilience du système éducatif dans ses multiples dimensions. C’est pourquoi UNICEF prône notamment la vaccination prioritaire de l’ensemble du personnel éducatif », prévient Clarence Jaccard-Briat, directrice générale d’UNICEF France. « La continuité éducative en cas de fermeture généralisée des écoles doit en particulier prendre en compte les plus vulnérables sous peine d’accentuer les inégalités scolaires induites par les inégalités sociales. Des dispositifs existent déjà et peuvent être renforcés : l’utilisation de supports alternatifs aux supports numériques, l’accès aux outils informatiques, le soutien spécifique à leur utilisation par l’intermédiaire d’outils de communication adaptés aux situations ou aux niveaux des élèves ou grâce à des actions de médiation scolaire. », explique-t-elle.