Des familles dans les débris

Publié le 21 septembre 2009 | Modifié le 25 avril 2016

Au Niger, près de 80 000 personnes ont été affectées par les pluies torrentielles et les inondations qui ont touché le pays fin août et début septembre.

Les pluies diluviennes qui ont touché la région d’Agadez au Niger ont fait d’importants dégâts. Notamment une brèche dans une digue de protection à sept kilomètres de la ville, qui n’est toujours pas réparée. Ces intempéries et les inondations qui ont suivi ont ainsi affecté près de 80 000 personnes. Un adulte et un enfant sont morts. Une personne est toujours portée disparue. De nombreuses familles se sont réfugiées dans des bâtiments publics. Mais de nombreux sinistrés préfèrent rester dans les ruines, pour retrouver et protéger leurs biens.

60 salles de classe endommagées

Ces pluies qui ont touché une quinzaine de pays d’Afrique de l’ouest compromettent la rentrée scolaire au Niger. 60 salles de classe ont été endommagées. Et de nombreuses personnes ayant du abandonner leur domicile aux inondations ont trouvé refuge dans des écoles. Il faut réhabiliter les établissements endommagés mais aussi trouver d’autres hébergements pour les personnes abrités dans les établissements scolaires. A défaut, les cours ne pourront pas reprendre dans les prochaines semaines comme prévu. 

Des conséquences à long terme

Les pluies diluviennes et les inondations, bien que saisonnières, ont été d’une violence rare cette année. D’après les experts, cette intensité est certainement liée aux changements climatiques. Cet épisode a ravagé les récoltes, ce qui aura des conséquences à long terme sur les revenus et les conditions de vie des populations. Des routes, des bâtiments publics ont aussi été endommagés par ces intempéries. Il faudra certainement du temps pour que toutes les écoles, tous les services soient à nouveau fonctionnels dans ce pays. Le Niger fait partie des états les plus pauvres du monde. 63% de sa population vit déjà en dessous du seuil de pauvreté absolue.

En savoir plus

Une aide d’urgence

Des solutions de long terme doivent être trouvées afin de protéger au mieux les populations et leur habitat de ces catastrophes naturelles qui sont de plus en plus fréquentes. Mais les familles ont aussi besoin de secours immédiatement. Les Nigériens, notamment ceux qui ont dû quitter leurs domiciles, sont aujourd’hui en attente de vaccins, d’eau potable, de douches publiques, de latrines… Des vêtements, du matériel de secours et des soins ont déjà été apportés aux déplacés. Les travailleurs humanitaires se mobilisent également pour installer rapidement des tentes en guise d’écoles provisoires.

Soutenir nos actions