Des millions d’enfants abusés, violentés, exploités

Publié le 06 octobre 2009 | Modifié le 31 mai 2016

Des progrès ont été enregistrés en matière de protection de l’enfance dans le monde. Mais des millions d’enfants subissent encore quotidiennement des violations de leurs droits.

Le rapport de l’Unicef « Progrès pour les enfants, un bilan de la protection de l’enfant », sorti ce mardi 6 octobre 2009, présente des chiffres alarmants. En Afrique subsaharienne, plus d’un tiers des enfants de 5 à 14 ans travaillent. Autre constat dramatique : en Somalie et au Libéria, moins de 5 % des naissances sont enregistrées. Cet enregistrement est pourtant essentiel à la protection des enfants : sans identité officielle,  ces enfants sont plus vulnérables face à l’exploitation sexuelle, à la traite, à l’adoption illégale.
Des millions de garçons et de filles autour du monde continuent de subir de telles violations de leurs droits les plus fondamentaux : abus sexuels, traite, exploitation, mariages précoces, mutilations sexuelles, travail, violences…

Des données inédites

Ce rapport sur la protection de l’enfance rassemble pour la première fois des données sur toutes ces violences et abus commis à l’encontre des enfants. On peut y apprendre par exemple que plus de 64 millions de jeunes femmes âgées de 20 à 24 ans dans le monde ont été mariées avant d’avoir 18 ans. La moitié d’entre elles vivent en Asie du sud. Quant à l’excision, cette pratique perd du terrain en Afrique occidentale et centrale mais reste encore bien présente dans 28 pays d’Afrique et au Yémen. Dans toutes ces situations, les enfants subissent des souffrances, physiques et/ou psychologiques. Ces abus et violences ont des conséquences tragiques sur leurs vies d’enfants et, plus tard, d’adultes.

Un appel à l’action

Certains progrès ont déjà été enregistrés. Au Bangladesh, en Guinée et au Népal – trois pays dans lesquels les mariages précoces sont relativement répandus - l’âge médian(1) du mariage a augmenté ces dernières années. Il reste cependant inférieur à 18 ans. Pour continuer à lutter contre ces violations faites aux droits de l’enfant, l’Unicef plaide, entre autres, pour une plus grande implication des gouvernements en faveur de la protection des enfants et pour un renforcement du rôle protecteur des familles et des communautés. A la vieille du 20e anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant (lien hypertexte), ce rapport sur la protection de l’enfant se termine par un véritable appel à l’action : « Aujourd’hui, on comprend mieux les multiples facteurs à associer entre eux pour améliorer la protection des enfants. Cette compréhension doit à présent se traduire en action urgente, car chaque année qui passe sans que cette action ne soit entreprise est une nouvelle année durant laquelle les enfants sont victimes d’une violence, exploitation et maltraitance intolérables.»

(1) 50 % des personnes mariées sont plus jeunes que cet âge médian, 50 % sont plus âgées.