Développement durable : "On est jeune, on doit donner l'exemple !"

Publié le 04 avril 2011 | Modifié le 23 décembre 2015

Jusqu'au 7 avril 2011, l'écologie est à l'honneur dans les établissements scolaires. A l'occasion de cette « Semaine de l'éducation au Développement durable », nous avons demandé à un Jeune Ambassadeur de l’Unicef de nous parler de ses gestes pour la planète et la société… Les réponses de Pierre Marionneau, 18 ans, lycéen dans le Loir-et-Cher.

 

 

As-tu, ces dernières années, changé ton comportement pour adopter des habitudes "durables" ?

 

Oui, en tant que Jeune Ambassadeur pour l'Unicef, je suis plus sensibilisé aux grandes problématiques du monde : pauvreté extrême, conflits, écologie, réchauffement climatique... De ce fait, il m'est apparu nécessaire d'agir pour la Terre et pour nos populations. Je faisais déjà un peu attention, mais disons que mon année de JA m'a permis de passer à la vitesse supérieure... Toutefois, je ne suis pas devenu un écologiste pur et dur. J'agis dans la mesure du possible, et, il faut l'avouer, en évitant que ces nouvelles habitudes n'influencent trop sur mon confort de vie...

 

Comment as-tu vécu ces changements, cela a-t-il été facile, difficile ?

 

On ne dira pas facile ou difficile, il ne faut pas décourager nos lecteurs ! Cela a été différent. Faire l'effort de trier les piles que l'on utilise pour son mp3, devoir plier des emballages cartons et les mettre dans le bon sac... C'est un tout petit effort d'à peine cinq minutes par jour, une nouvelle habitude à adopter. Et au bout de quelques fois, cela devient un automatisme !

 

Pourquoi est-ce important pour toi d'adopter des gestes qui vont dans le sens du développement durable ?

 

D'abord, en tant que JA, on se doit de donner l'exemple ! Ensuite, quand on sait que certains enfants dans le monde doivent faire des kilomètres pour trouver un peu d'eau, pas forcément potable... On apprend vite à agir consciemment. J'oserais même dire "agir par respect".
Malheureusement, tout ne dépend pas de notre bonne volonté. Il y a des habitudes qu'on ne peut pas adopter "comme ça" : quand on a un papier de trop dans la poche ou une cannette vide dans la main par exemple, on veut s'en débarrasser. Mais dans la rue, c'est une seule poubelle pour plusieurs types de déchets, donc on jette, et on oublie un instant le mot "tri sélectif".

 

As-tu essayé de faire en sorte que d'autres personnes que toi adoptent également des habitudes « durables » ?

 

Je pense qu’on ne doit pas chercher à convaincre les autres ou les forcer : le mieux, c'est d'arriver à leur donner envie d'adopter un comportement plus écologique. On le fait en donnant l'exemple tout d'abord. Après, pour ceux qui sont en mesure de le faire, montrez-leur que vos factures d'électricité, d'eau, de chauffage, ont diminué. Ca, ça marche plutôt bien !
 

Soutenir nos actions