Emmanuel Macron, les enfants migrants de Calais doivent être protégés comme tous les enfants

Publié le 18 janvier 2018 | Modifié le 18 janvier 2018

À l’heure où le président français Emmanuel Macron et la Première ministre britannique Theresa May s’apprêtent à présenter un nouvel accord sur la situation des migrants à Calais, l’UNICEF se montre vigilant sur le sort des enfants.

Un nouvel accord de coopération entre la France et le Royaume-Uni doit être annoncé ce jeudi 18 janvier concernant les migrants à Calais. Soucieux de la nécessité de protéger chaque enfant, l’UNICEF appelle le président français Emmanuel Macron et la Première ministre Theresa May à prendre en compte les mineurs. Qu’ils soient accompagnés par leur famille ou seuls, ces enfants et ces jeunes doivent bénéficier de la protection des gouvernements, plaide Marion Libertucci, responsable du service Plaidoyer et expertise à l’UNICEF France.

Quelle est la situation actuelle des enfants migrants à Calais ?

Depuis le démantèlement du camp en octobre 2016, la situation ne s’est pas améliorée sur l’ensemble de la côte. On compte encore des centaines de personnes, dont des mineurs, pour certains très jeunes, qui sont à la rue. Ils n’ont qu’un accès très limité - voire inexistant pour plusieurs d’entre eux - aux services de mise à l’abri, de santé et d’éducation. La situation des mineurs isolés est particulièrement dangereuse, car sans protection, ils sont à la merci des passeurs et des trafiquants.

Ces mineurs risquent leur vie tous les jours pour tenter de traverser la Manche et de rejoindre le Royaume-Uni, avec tous les aléas que cela comporte. Leur situation nous inquiète d’autant plus que l’hiver est là et que les plus jeunes se retrouvent dehors, exposés à tous types de violences, dans des conditions d’hygiène et de sécurité déplorables.

Que fait l’UNICEF pour ces enfants ?

La priorité de l’UNICEF en Europe, c’est qu’ils soient protégés et que leurs droits soient respectés. À l’UNICEF France, en lien avec les associations de terrain, nous rappelons aux autorités que les enfants non-accompagnés doivent être mis à l’abri et avoir accès aux soins de santé et à l’éducation. Ils doivent être pris en charge au même titre que n’importe quel autre enfant en danger sur le territoire national.

Nous collaborons aussi avec nos homologues britanniques pour que la situation de ces enfants soit prise en compte : outre-Manche, l’UNICEF milite auprès du gouvernement pour que le droit des enfants à retrouver leur famille implantée au Royaume-Uni soit respecté.

Qu’attendez-vous d’Emmanuel Macron et de Theresa May ?

Emmanuel Macron va certainement pousser le Royaume-Uni à prendre ses responsabilités en termes d’accueil, mais cela ne doit pas exonérer la France de respecter ses obligations sur son territoire. Cela signifie que les autorités françaises doivent s’occuper des mineurs et les mettre à l’abri. Les associations sont très mobilisées sur la situation, notamment sur le littoral et l’UNICEF France  sera très vigilant sur les prochaines annonces des deux gouvernements pour que la question des enfants migrants soit bien prise en considération.