L'univers UNICEF France

Le programme École amie
des droits de l’enfant vise à faire de l’école un lieu plus juste, plus inclusif et plus participatif.

Découvrir
Ville amie logo

En 2021, 264 villes ont intégré le réseau Ville amie des enfants 2020/2026.
Rejoignez le grand réseau
Ville amie des enfants.

Découvrir
My Unicef logo

Trouvez des informations,
des activités ludiques et éducatives, des ressources pédagogiques ou comment créer un projet solidaire.

Découvrir
Photo d'illustration de la boutique solidaire de l'UNICEF France

Agissez en achetant solidaire

Offrez à vos proches des cadeaux qui ont du sens et qui contribuent concrètement à aider des enfants vulnérables.

Découvrir
Yana, 11 ans, se rétablit à l'hôpital de Lviv avec sa mère Natalia et son frère jumeau Yaroslav. Elle a perdu deux jambes dans l'attaque au missile à la gare de Kramatorsk. ©UNICEF/UN0644014/Lviv
Yana, 11 ans, se rétablit à l'hôpital de Lviv avec sa mère Natalia et son frère jumeau Yaroslav. Elle a perdu deux jambes dans l'attaque au missile à la gare de Kramatorsk. ©UNICEF/UN0644014/Lviv

En Ukraine, près de 1 000 enfants ont été tués ou blessés depuis le début de la guerre

Déclaration de la directrice générale de l’UNICEF, Catherine Russell

New York, le 22 août 2022 – « Au moins 972 enfants, soit plus de cinq par jour en moyenne, ont été tués ou blessés en Ukraine en raison des violences qui sévissent depuis que la guerre a éclaté il y a six mois.

Toutefois, ce bilan tient uniquement compte des signalements que les Nations Unies ont été en mesure de vérifier. Nous craignons donc que le nombre réel de victimes soit beaucoup plus élevé.

Le recours aux engins explosifs est responsable de la plupart des décès d’enfants. En effet, ces armes frappent indifféremment combattants et civils, en particulier lorsqu’elles sont utilisées dans des zones habitées, comme cela a été constaté dans de nombreuses villes ukrainiennes telles que Marioupol, Louhansk, Kremenchuk ou Vinnytsia, pour ne citer qu’elles.

Une fois encore, les décisions inconsidérées des adultes en temps de guerre font courir un risque extrême aux enfants, de telles opérations militaires ne pouvant être menées sans faire de victimes parmi les plus jeunes.

Par ailleurs, au-delà de l’horreur des décès ou des blessures infligées lors des attaques, la quasi-totalité des enfants en Ukraine vivent des événements traumatisants et ceux qui ont fui courent un risque élevé d’être séparés de leur famille et d’être victimes de violence, de maltraitance, d’exploitation sexuelle et de traite des êtres humains.

La rentrée scolaire qui a lieu dans un peu plus d’une semaine nous rappelle durement tout ce que les enfants en Ukraine ont perdu.

Le système éducatif national a subi de plein fouet l’escalade des hostilités à travers le pays. Les écoles ayant été prises pour cible ou utilisées par les belligérants, les familles ont renoncé à y envoyer leurs enfants. Selon nos estimations, 1 école sur 10 a été endommagée ou détruite.

Tous les enfants ont besoin d’aller à l’école et d’apprendre, même ceux touchés par une situation d’urgence. Les enfants restés sur le territoire ukrainien ou déplacés en raison de cette guerre ne font pas exception.

Par conséquent, l’UNICEF continue d’appeler à un cessez-le-feu immédiat en Ukraine et à la protection de tous les enfants, notamment contre l’utilisation brutale d’armes explosives dans les zones habitées et contre les attaques visant les infrastructures civiles.

Si les enfants en Ukraine ont un besoin immédiat de sécurité, de stabilité, d’accès sans danger à l’éducation, de services de protection de l’enfance et de soins psychosociaux, c’est de paix dont ils ont besoin par-dessus tout. »

Notes aux rédactions :
Le contenu multimédia est disponible au téléchargement ici.
Pour en savoir plus sur le travail de l’UNICEF en Ukraine, rendez-vous ici.