L'univers UNICEF France

Le programme École amie
des droits de l’enfant vise à faire de l’école un lieu plus juste, plus inclusif et plus participatif.

Découvrir
Ville amie logo

En 2021, 264 villes ont intégré le réseau Ville amie des enfants 2020/2026.
Rejoignez le grand réseau
Ville amie des enfants.

Découvrir
My Unicef logo

Trouvez des informations,
des activités ludiques et éducatives, des ressources pédagogiques ou comment créer un projet solidaire.

Découvrir
Photo d'illustration de la boutique solidaire de l'UNICEF France

Agissez en achetant solidaire

Offrez à vos proches des cadeaux qui ont du sens et qui contribuent concrètement à aider des enfants vulnérables.

Découvrir
31 mai 2022, une petite fille haïtienne, assise contre sa mère, s'alimente à l'aide d'un sachet de Plumpy Nut, un aliment thérapeutique prêt à l'emploi. ©UNICEF/UN0669927/
31 mai 2022, une petite fille haïtienne, assise contre sa mère, s'alimente à l'aide d'un sachet de Plumpy Nut, un aliment thérapeutique prêt à l'emploi. ©UNICEF/UN0669927/

Haïti : des milliers d'enfants en proie à la malnutrition aiguë

Port-au-Prince, le 5 août 2022 – A Cité Soleil, l’accès réduit aux services de base en matière de santé, de nutrition, d’eau et d’assainissement en raison de l’escalade de la violence, associé à la flambée des prix des denrées alimentaires, à l’inflation et à l’insécurité alimentaire fait qu’un enfant sur cinq souffre de malnutrition aiguë.

Le regain de violence entre gangs a privé certaines zones urbaines d’Haïti d’accès aux services de santé. A Cité Soleil – une commune de Port-au-Prince ravagée par la violence – 1 enfant sur 20 court le risque de mourir de malnutrition aiguë sévère, a averti aujourd’hui l’UNICEF.

Selon les dernières données disponibles de l’UNICEF, environ 20 % des enfants de moins de cinq ans à Cité Soleil souffrent de malnutrition aiguë sévère ou modérée, soit 5 % de plus que le seuil d’urgence fixé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Si les violences se poursuivent, ces chiffres pourraient continuer à augmenter.

« Nous ne pouvons pas rester les bras croisés et regarder les enfants souffrir de malnutrition et de ses complications », a déclaré Bruno Maes, représentant de l’UNICEF en Haïti. « Des milliers d’enfants risquent de mourir et la plupart des dispensaires de proximité sont fermés, ce qui les empêche de recevoir des soins de santé et de nutrition adéquats. La violence doit cesser à Cité Soleil pour que les enfants souffrant de malnutrition puissent recevoir l’assistance médicale dont ils ont besoin pour survivre et grandir. »

Des violences qui s’additionnent à des facteurs de crise préexistants

Une évaluation menée en avril 2022 a alerté l’UNICEF sur l’état nutritionnel préoccupant des enfants de la commune. Depuis, un pic de violence au début du mois de juillet restreint encore davantage l’accès des enfants et des familles aux services de santé de base. L’insécurité alimentaire causée par l’inflation, la flambée des prix des denrées alimentaires et les difficultés socio-économiques préexistantes est également à l’origine de cette récente augmentation des cas de malnutrition à Cité Soleil.

L’UNICEF et le Ministère de la Santé (MSPP) ont déjà mis à disposition des aliments thérapeutiques prêts à l’emploi, du lait thérapeutique et des médicaments essentiels et soutiennent les agents de santé communautaires pour intensifier le dépistage et le référencement des cas avérés de malnutrition. Jusqu’à présent, 9 506 enfants ont été dépistés pour la malnutrition aiguë et 1 918 enfants malnutris ont reçu un traitement vital.

En état de siège, les familles privées d’accès aux services essentiels

Depuis le 8 juillet, une nouvelle flambée de violence a éclaté alors que des gangs rivaux se livrent des batailles sans merci à Cité Soleil, une municipalité comptant 25 000 habitants. Selon l’ONU, entre le 8 et le 17 juillet 2022, plus de 471 personnes ont été tuées, blessées ou portées disparues. Environ 3 000 personnes ont également fui leur domicile, dont des centaines d’enfants non accompagnés, tandis qu’au moins 140 maisons ont été détruites ou incendiées.

Cette nouvelle vague de violence a forcé des centaines de personnes à abandonner leur foyer. Cependant, seule une partie de la population a fui hors de la municipalité. La majorité de la population de Cité Soleil y reste piégée et vit en état de siège alors que le conflit fait rage dans les rues. Les enfants et les familles doivent également faire face à un manque d’accès à la nourriture et à l’eau. L’accès aux services de base tels que les centres de santé a déjà été considérablement réduit à Cité Soleil, où seuls 4 % de la population ont recours aux centres de santé publics et 64 % aux services d’ONG telles que Médecins sans frontières.

Afin de prévenir toute aggravation de l’état nutritionnel des mères et des enfants, l’UNICEF apporte son soutien à la mise à disposition des services suivants au niveau des établissements de santé et des communautés : traitement de la malnutrition aiguë, supplémentation et promotion des micronutriments, protection et soutien des pratiques d’alimentation des nourrissons et des jeunes enfants, vermifugation et vaccination, supplémentation en zinc pendant les épisodes de diarrhée.

« Des milliers de familles et d’enfants restés à Cité Soleil ont besoin d’une aide nutritionnelle et médicale urgente, car les parents et les soignants ne peuvent plus se rendre au travail ou dans les autres quartiers de Port-au-Prince pour se procurer de quoi nourrir leurs enfants. Les familles qui ont fui leurs maisons ont laissé derrière elles tous leurs biens et les enfants sont privés d’accès à tous leurs droits fondamentaux tels que la santé, la nutrition et l’éducation », a déclaré M. Maes.

Contre la faim, il est urgent de mettre fin à la violence

Depuis le 20 juillet, l’UNICEF a livré près d’un million de litres d’eau potable pour répondre aux besoins quotidiens urgents de 15 000 personnes, distribué 500 kits d’hygiène pour desservir 2 500 personnes et déployé deux cliniques mobiles dans les quartiers Bois Neuf et Belekou de Cité Soleil, afin de fournir des soins médicaux et nutritionnels à plus de 500 personnes, dont une majorité de femmes et d’enfants.

En dehors de Cité Soleil, l’UNICEF a fourni 100 matelas, des vêtements et près de 700 gallons d’eau potable à des familles déplacées, aidé 800 enfants dans le cadre d’activités de soutien psychosocial et fourni des soins médicaux à 180 enfants via une clinique mobile de santé et de nutrition.

L’UNICEF appelle toutes les parties prenantes à renoncer à l’usage de la violence et à garantir l’accès des femmes et des enfants aux services de base. Sept mois de l’année se sont déjà écoulés et l’UNICEF a toujours besoin de 64,6 millions de dollars pour apporter une aide humanitaire à plus d’un demi-million d’enfants en Haïti.