L'univers UNICEF France

Le programme École amie
des droits de l’enfant vise à faire de l’école un lieu plus juste, plus inclusif et plus participatif.

Découvrir
Ville amie logo

En 2021, 264 villes ont intégré le réseau Ville amie des enfants 2020/2026.
Rejoignez le grand réseau
Ville amie des enfants.

Découvrir
My Unicef logo

Trouvez des informations,
des activités ludiques et éducatives, des ressources pédagogiques ou comment créer un projet solidaire.

Découvrir
Photo d'illustration de la boutique solidaire de l'UNICEF France

Agissez en achetant solidaire

Offrez à vos proches des cadeaux qui ont du sens et qui contribuent concrètement à aider des enfants vulnérables.

Découvrir

Huit enfants palestiniens tués dans la bande de Gaza la nuit dernière

Déclaration de Ted Chaiban, directeur régional d’UNICEF pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord

Amman, le 15 mai 2020 – « Huit enfants palestiniens auraient été tués au nord de Gaza cette nuit, portant à au moins 40 le nombre d’enfants tués dans cette région depuis le 10 mai. L’âge de ces enfants varie entre six mois et 17 ans. Plus de la moitié d’entre eux avaient moins de 10 ans. Plus de 1 000 personnes à Gaza seraient blessées, certaines gravement, dont un grand nombre d’enfants. En Israël, deux enfants, dont un de six ans, ont été tués depuis le début de l’escalade.

Au cours de la semaine dernière, en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est, un enfant de 16 ans a été tué et au moins 54 enfants palestiniens auraient été blessés, 26 autres enfants ont été arrêtés. La plupart ont été libérés depuis.

À Gaza, 35 écoles ont été endommagées tandis qu’au moins 29 écoles abritent temporairement des familles déplacées qui ont fui leurs maisons en raison de la violence intense. Jusqu’à 10 000 personnes ont été déplacées, la majorité étant des enfants. UNICEF a reçu des informations selon lesquelles trois écoles ont été endommagées en Israël.

L’ampleur de la violence est massive. Les enfants sont les plus durement touchés par cette escalade. Toutes les parties doivent prendre du recul et mettre fin à la violence. Toutes les parties ont l’obligation de protéger les civils – en particulier les enfants – et de faciliter l’accès humanitaire.  Les déclencheurs sous-jacents de cette violence ne seront pas résolus par de nouvelles violences. »