L’Unicef redouble d’efforts pour lutter contre l’épidémie de choléra

Publié le 10 novembre 2010 | Modifié le 28 décembre 2015

Plusieurs semaines après le début de l’épidémie de choléra en Artibonite, le premier cas a été confirmé à Port-au-Prince. Aujourd’hui, 5 départements sur 10, soit la moitié de l’île, sont touchés par la maladie ! Face à cette situation d’urgence, l’Unicef intensifie son programme de prévention contre la maladie et poursuit ses efforts en matière de traitements.

 

 

 

À la mi-octobre, l’épidémie de choléra s’est déclarée dans la région de l’Artibonite, au nord-est de Port-au-Prince. Le personnel médical et l’aide humanitaire ont craint que la maladie ne gagne la capitale où 1,3 million de sinistrés vivent dans la promiscuité, à l’intérieur des camps spontanés. Malgré de nombreuses précautions, le Ministère de la Santé haïtien a confirmé en début de semaine le premier cas de choléra à Port-au-Prince. À ce jour, on compte 917 décès dûs au choléra et plus de 14600 personnes atteintes de la maladie sont recensées dans les hôpitaux.

 

Après le passage de la tempête tropicale Tomas en fin de semaine dernière, l'Unicef prévoit  davantage de fournitures et de ressources humaines dans les zones les plus sinistrées. Les inondations provoquées  par  la tempête multiplient les risques de propagation de maladies d'origine hydrique, comme le choléra. Les vents provoqués par l'ouragan et l'eau ont inondé l'Artibonite, le Centre, le Nord-Ouest et les localités de Léogane et Gressier, à l'ouest de Port-au-Prince. Des pluies particulièrement fortes ont laissé derrière elles jusqu'à 1 mètre d'eaux stagnantes, dans les parties les plus touchées de Gonaïves, au nord du fleuve Artibonite. Par ailleurs, des parties importantes de la ville de Léogane ont également été inondées par le fleuve en crue, touchant environ 15 camps où vivent des milliers de personnes.

 

L’Unicef réagit immédiatement

 

Pour faire face à cette crise, l'Unicef a prépositionné des fournitures pour les soins médicaux, l'assainissement et l'alimentation dans toutes les parties d'Haïti menacées d'inondation. en plus de ce qui avait été  prépositioné  avant la tempête, l'Unicef a fourni ses partenaires dans l'Artibonite. 2500 kits d'hygiène pour adultes, 50 000 comprimés de purification de l'eau, 2500 jerrycans démontables, 360 000 sachets de Sels de réhydratation orale ont été distribués.  L ’Unicef tient à la disposition de ses partenaires de santé deux kits anti-diarrhéiques, dont chacun est capable de traiter 100 cas sévères et 400 cas modérés de choléra.

 

Aujourd’hui, l’Unicef, la DINEPA (Direction nationale de l’eau potable et de l’assainissement) et leurs partenaires poursuivent leurs efforts de prévention contre la maladie. Les acteurs de la protection de l’enfance viennent notamment renforcer la réponse des centres de santé à Port-au-Prince, après la tempête. Et pour une prévention plus en profondeur, l'Unicef passe en revue l'hygiène et les conditions d'assainissement dans les écoles utilisées comme abris suite aux inondations. Enfin, l’Unicef soutient les communautés qui se mobilisent pour informer et conseiller les familles sur la manière de se protéger efficacement contre la maladie.