L’UNICEF vient en aide aux enfants rohingyas victimes de la violence dans l’État birman d’Arakan

Publié le 12 septembre 2017 | Modifié le 21 septembre 2017

Depuis fin août 2017, des milliers d’enfants et de familles rohingyas fuient quotidiennement les persécutions dans l’État birman d’Arakan (appelé aussi État de Rakhine). Plus de 400 000 personnes se sont réfugiées dans le pays voisin du Bangladesh, dont presque les deux tiers sont des enfants. L’UNICEF intensifie son aide d’urgence au vu de l’afflux massif et sans précédent de réfugiés rohingyas.

Anthony Lake, directeur général de l’UNICEF, déclare : « Depuis le 25 août, plus de 125 000 Rohingyas [NDLR : plus de 220.000 personnes sont arrivées après en six jours] ont traversé la frontière de l’Etat d’Arakan (aussi appelé Etat de Rakhine) en Birmanie afin de se réfugier au Bangladesh. Pas moins de 80 % d’entre eux sont des femmes et des enfants. Beaucoup plus d’enfants sans aide ni protection se trouvent toujours dans le nord de l’Arakan qui a été ravagé par la violence. »

« L’UNICEF renforce son intervention au Bangladesh pour protéger les enfants réfugiés et subvenir à leurs besoins en matière de nutrition, de santé, d’eau et d’assainissement. »

« En Birmanie, l’UNICEF n’a actuellement pas accès aux zones touchées dans le nord de l’Etat d’Arakan. Nous ne parvenons plus à entrer en contact avec les 28 000 enfants à qui nous fournissions déjà un soutien psychosocial ainsi qu’avec les plus de 4 000 enfants qui étaient traités pour malnutrition dans les villes de Buthidaung et Maungdaw. Notre travail pour l’accès à l’eau potable et l’assainissement a été suspendu. Il en est de même pour les travaux de réparation qui étaient en cours dans les écoles. »

« Les enfants qui se trouvent d’un côté de la frontière comme de l’autre ont besoin d’une aide urgente et doivent être protégés ». 
 

80 % des victimes de la violence sont des enfants et des femmes. © UNICEF/UN0119119/Brown

Réponse au Bangladesh

L’UNICEF a déjà construit et ouvert huit espaces « amis des enfants » pour les enfants et les adolescents rohingyas afin qu’ils aient à leur disposition un soutien psychosocial et un espace de loisirs. Dans les camps provisoires et dans les communautés d’accueil difficiles d’accès, l’UNICEF a lancé le dépistage de la malnutrition chez les enfants ainsi que la vaccination des enfants âgés de 9 à 59 mois contre la rougeole et la rubéole. 

 

Tout juste arrivées au Bangladesh, des familles rohingyas prennent la route du campement improvisé de Kutupalang à Cox’s Bazar en camion. © UNICEF/UN0119116/Brown

Avec l’arrivée des Rohingyas (dont plus de 80 % d’entre eux sont des femmes et des enfants), la demande a augmenté et l’UNICEF s’efforce de mobiliser davantage de soutien et de renforcer les activités existantes. Pour divertir les enfants rohingyas récemment arrivés et leur apporter un soutien psychosocial, 33 structures mobiles « Amies des enfants » sont désormais ouvertes. On y trouve 100 kits de loisirs, des kits pour l’éducation en situation d’urgence (ESU) ainsi que des enseignants formés. Ces espaces mobiles « Amis des enfants » ont déjà fournis un soutien psychosocial à 226 enfants rohingyas récemment arrivés. Les structures et la sensibilisation communautaire permettent également d’identifier les enfants seuls ou séparés de leur famille. L’UNICEF se prépare également à distribuer des kits de produits d’hygiène et des tablettes de purification d’eau. 
 

Dans le campement informel de Kutupalang, dans la ville de Cox’s Bazar au Bangladesh. © UNICEF/UN0119124/Brown 

L’UNICEF lance un appel pour un nouveau financement de 5 millions de dollars américains afin de répondre aux besoins liés à l’arrivée des Rohingyas à Cox’s Bazar au Bangladesh. 

 
Les familles rohingyas récemment arrivées au Bangladesh portent des bâches en plastiques qui leurs serviront à construire un abri dans le campement improvisé de Kutupalang à Cox’s Bazar. © UNICEF/UN0119113/Brown