La santé dans le monde : où en est-on des OMD ?

Publié le 08 septembre 2010 | Modifié le 19 janvier 2016

Á l’occasion du Sommet de New-York sur les Objectifs du Millénaire pour le Développement, organisé entre le 20 et le 22 septembre, Renée Van de Weerdt fait le point sur les progrès accomplis et les retards pris en matière de santé des enfants. Elle répond à nos questions.

 

La Déclaration du Millénaire avait officialisé en l’an 2000 les engagements des États membres de l’ONU pour l’élimination de la pauvreté d’ici à 2015.

 
OMD 4 : Réduire la mortalité infantile
OMD 5 : Améliorer la santé maternelle
OMD 6 : Combattre le VIH/Sida, le paludisme et d’autres maladies

 
A 5 ans de l’échéance, Renée Van de Weerdt, responsable du nouveau-né, de l'enfant et la santé maternelle à l'Unicef, note des améliorations en matière de mortalité infantile, notamment sur le continent africain. Certains pays y sont exemplaires d’après elle, comme l’Éthiopie. Ce pays a vu son taux de mortalité infantile baisser significativement ces dernières années. Les vaccins et les divers traitements médicaux ont gagné en efficacité. La rougeole, le paludisme, le VIH/Sida et la pneumonie sont mieux appréhendés.

 

Faire reculer les maladies évitables

Le cas de la rougeole illustre très bien les avancées dans ce domaine. «En Afrique, c’est une cause importante de décès chez les enfants de moins de 5 ans », rappelle Renée Van de Weerdt. «Grâce aux grandes campagnes de vaccination de ces dernières années, toutes les mamans connaissent la rougeole.» L’Unicef appuie l’organisation de campagnes massives. Ces dernières peuvent aujourd’hui compter sur l’implication, cruciale, des autorités sanitaires et morales (imams, prêtres et chefs de villages), et des populations elles-mêmes. Entre 2000 et 2008, l’Afrique a connu une baisse de 92 % des décès liés à la rougeole.

Pour le VIH/Sida, Renée Van de Weerdt souligne que «les traitements antirétroviraux et la prévention de la transmission de la mère à l’enfant ont fait bouger les choses».  Depuis 10 ans, le Botswana a beaucoup évolué. Á cause du VIH/Sida, ce pays du sud de l’Afrique enregistrait un taux de mortalité infantile très élevé. Le gouvernement a agi, comme en Ouganda, en Tanzanie et au Kenya.».

Quant au paludisme, la médecin explique que l’ «on a beaucoup progressé grâce à l’utilisation de plus en plus importante de moustiquaires imprégnées d’insecticide». 150 millions de moustiquaires traitées ont été distribuées en 2009 dans le monde, contre 30 millions en 2004. Par ailleurs, les nouveaux traitements à base d’artémisinine sont un réel progrès.

 

Ce qu’il faut améliorer

«La prévention du VIH/Sida chez les adolescents est un problème majeur», confie Renée Van de Weerdt. «Lorsqu’il s’agit de faire adopter un comportement ponctuel, pour une vaccination par exemple, on y arrive, mais quand il s’agit de changer les comportements sur la durée, on a du mal à le faire accepter», explique t-elle.

Dans les pays en conflit, il est particulièrement difficile de limiter les risques d’infection. En République Démocratique du Congo notamment, les déplacements de populations de ces dix dernières années ont mis des milliers de jeunes filles et de femmes en danger. Exposées aux viols massifs qu’entreprennent certains groupes armés, elles sont extrêmement fragilisées. Dans d’autres pays, c’est la question de l’accès aux populations qui pose des problèmes majeurs. «Au Tchad, des zones sont très difficiles d’accès à cause des mines ou des routes qui sont barrées dès qu’il pleut», explique Renée Van de Weerdt.

 

La lutte contre les inégalités

Le fossé se creuse entre pays riches et pays pauvres, et, au sein même de ces derniers, de graves inégalités persistent, et parfois même s’aggravent entre les plus riches et les plus pauvres, entre citadins et habitants des zones rurales, entre garçons et filles. «Toutes les mamans ne sont pas sur un pied d’égalité». Renée Van de Weerdt estime que c’est sur l’OMD 5 qu’il faut encore beaucoup travailler. Elle souligne l’importance de l’accès généralisé à l’éducation, notamment pour les filles. «Si elles vont plus longtemps à l’école, elles ont moins de risque de subir des grossesses précoces et sont moins vulnérables».
 

 

Pour en savoir plus :

Découvrez, en cliquant ici, l'interview de Catherine Langevin-Falcon, rédactrice en chef du rapport "Progrès pour les enfants" 2010.

En savoir plus sur les OMD

Pour en savoir plus sur les OMD, cliquez ici.

En savoir plus sur...

Le programme de développement post-2015

Les Objectifs de développement durables (ODD) se basent sur les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) : 8 objectifs visant à lutter contre la pauvreté, lancés en 2000 et que le monde s’est engagé à atteindre d’ici à 2015. 

Des progrès énormes ont été réalisés vers la réalisation de ces objectifs, ce qui témoigne de la valeur d’un programme unificateur étayé par des objectifs et des cibles. Cependant, malgré ces progrès, la pauvreté accable encore trop de personnes dans le monde.

Soutenir nos actions