La vaccination contre la polio en porte-à-porte devrait reprendre en novembre dans tout l'Afghanistan

Publié le 18 octobre 2021

L'OMS et UNICEF se félicitent de la décision des dirigeants talibans en faveur de la reprise de la vaccination antipoliomyélitique à domicile dans tout l'Afghanistan.

Kaboul/Amman/Kathmandou, le 18 octobre 2021 - La campagne de vaccination, qui commencera le 8 novembre, sera la première depuis plus de trois ans à toucher tous les enfants d'Afghanistan, y compris plus de 3,3 millions d'enfants dans certaines régions du pays qui étaient jusqu'à présent inaccessibles aux campagnes de vaccination. Une deuxième campagne nationale de vaccination contre la polio a également été convenue et sera synchronisée avec la propre campagne de vaccination contre la polio du Pakistan prévue en décembre.

« C'est un pas extrêmement important dans la bonne direction », a déclaré Dapeng Luo, représentant de l'OMS en Afghanistan. « Nous savons que des doses répétées de vaccin antipoliomyélitique oral offrent la meilleure protection, et nous sommes donc heureux de constater qu'une autre campagne est prévue avant la fin de cette année. Un accès durable à tous les enfants est essentiel pour mettre définitivement fin à la polio. Cela doit rester une priorité absolue », a-t-il déclaré.

Avec un seul cas de poliovirus sauvage signalé à ce jour en 2021, l'Afghanistan a une occasion extraordinaire d'éradiquer la polio. Il est crucial de relancer la vaccination contre la polio maintenant pour prévenir toute résurgence significative de la polio dans le pays et atténuer le risque de transmission transfrontalière et internationale.

Un pas de géant pour éradiquer la polio

« Cette décision va nous permettre de faire un pas de géant dans les efforts d'éradication de la polio », a déclaré Hervé Ludovic De Lys, représentant d'UNICEF en Afghanistan. « Pour éliminer complètement la polio, il faut vacciner chaque enfant dans chaque foyer à travers l'Afghanistan, et avec nos partenaires, c'est ce que nous nous efforçons de faire », a-t-il ajouté.

Une dose supplémentaire de vitamine A sera également fournie aux enfants âgés de 6 à 59 mois au cours de la prochaine campagne.

Le programme de lutte contre la polio a commencé à se préparer pour mettre rapidement en œuvre la campagne de vaccination à l'échelle nationale, ce qui est le résultat d'un dialogue permanent de haut niveau entre les Nations unies et les dirigeants talibans pour répondre rapidement et de toute urgence aux besoins sanitaires de la population afghane.

« C'est non seulement une victoire pour l'Afghanistan, mais aussi pour la région, car cela ouvre une voie réelle vers l'éradication du poliovirus », a déclaré le Dr Ahmed Al Mandhari, directeur régional de l'OMS pour la Méditerranée orientale. « L'urgence avec laquelle les dirigeants talibans souhaitent que la campagne contre la polio se poursuive témoigne d'un engagement commun à maintenir le système de santé et à relancer les vaccinations essentielles pour éviter de nouvelles flambées de maladies évitables », a-t-il ajouté.

Assurer la sécurité des agents de santé

Le système de santé global de l'Afghanistan reste vulnérable. Pour atténuer le risque d'une augmentation des maladies et des décès, toutes les parties ont convenu de la nécessité de lancer immédiatement les campagnes de vaccination contre la rougeole et la COVID-19. Ces campagnes seront complétées par le soutien du programme d'éradication de la poliomyélite et par des activités de proximité qui permettront de commencer de toute urgence à administrer d'autres vaccins vitaux dans le cadre du programme national élargi de vaccination.

« La reprise de la campagne contre la polio est un pas de plus vers la réalisation de notre espoir commun d'éradiquer la polio dans la région. Nous devons tous nous assurer que la campagne de vaccination se déroule sans perturbations et qu'elle touche tous les enfants, en particulier ceux qui n'ont jamais été vaccinés. C'est le seul moyen de protéger les enfants d'Afghanistan et du Pakistan contre ce terrible virus », a déclaré George Laryea-Adjei, directeur régional d'UNICEF pour l'Asie du Sud.

La sûreté et la sécurité des agents de santé restent une préoccupation majeure pour le programme de lutte contre la polio. Les dirigeants talibans ont exprimé leur volonté d'inclure les femmes travaillant en première ligne et d'assurer la sécurité de tous les agents de santé du pays, ce qui est une condition préalable essentielle à la mise en œuvre des campagnes de vaccination contre la polio.

L'OMS et UNICEF appellent les autorités et les dirigeants communautaires à tous les niveaux à respecter et à faire respecter la neutralité des interventions sanitaires et à garantir un accès sans entrave aux enfants, maintenant et pour les campagnes futures.