Malnutrition au Sahel : grandes distributions préventives d'aliments pour enfants

Publié le 02 juillet 2012 | Modifié le 31 mars 2016

D’après les estimations de l’Unicef, 127 000 enfants devraient souffrir de malnutrition aigüe sévère cette année au Tchad. Plus largement, la vie de plus d’un million d’enfants est menacée par la crise nutritionnelle qui sévit dans toute la région du Sahel. Pour éviter que les enfants affectés par l’insécurité alimentaire ne basculent dans la malnutrition, l’Unicef organise des distributions à grande échelle de produits nutritionnels adaptés aux enfants. Reportage vidéo au Tchad.

« La malnutrition aigüe sévère entraîne une forte mortalité. Cela signifie que si nous n’agissons pas, ces enfants risquent de mourir », affirme Roger Sodjinou, responsable de la nutrition au Tchad pour l’Unicef.

Début avril, le Tchad est entré dans la « période de soudure » (c'est-à-dire les mois entre l’épuisement des réserves des familles et les prochaines récoltes) durant laquelle les enfants sont le plus exposés à la malnutrition, en particulier les enfants entre 6 et 36 mois, qui sont en phase de croissance importante et ont des besoins spécifiques.

Un supplément nutritionnel, le Plumpy’Doz®, peut permettre d’éviter aux enfants affectés par l’insécurité alimentaire de basculer dans la malnutrition. Cette pâte prête à manger apporte aux enfants les micronutriments, protéines et acides gras essentiels qui permettent de compenser les carences de leur régime alimentaire.

Une opération d’envergure

L’Unicef soutient les efforts du gouvernement tchadien dans son combat contre la malnutrition infantile.  Au mois d’avril, l’Unicef a lancé un vaste programme de distribution de Plumpy’Doz® à 200 000 enfants âgés de 6 à 23 mois. Renouvellée mensuellement pendant trois mois, c’est l’opération la plus importante jamais menée par notre organisation pour prévenir la malnutrition au Tchad. L’Unicef profite de cette opportunité pour distribuer également du savon à toutes les familles, et fournir des médicaments vermifuges et de la vitamine A aux enfants.

Dans le cadre de cette opération, l’Unicef travaille en étroite collaboration avec le ministère de la Santé publique tchadien pour former des responsables de santé. « Cela nous aidera à prévenir et réduire la malnutrition, dont le taux est très élevé », explique Abakar Mallaye, auxiliaire de santé et chef d’une équipe de distribution de suppléments nutritionnels récemment formée.

Un défi logistique

Cette opération est un véritable défi logistique, avec des centaines de sites de distribution. L’Unicef a mis en place 7 entrepôts de stockage pour faciliter le déroulement des distributions.

Avant de passer à l’action, les équipes ont dû identifier les villages cibles, certains étant à des centaines de kilomètres du site de distribution le plus proche. Elles se heurtent à d’autres obstacles tels que la chaleur, le sable et des infrastructures routières limitées. « Les villages où nous allons sont vraiment inaccessibles, les véhicules peuvent se retrouver ensablés ou coincés dans la boue. Il n’y a pas toujours de pistes, donc c’est très difficile », raconte Abakar Mallaye.

L’Unicef  – qui assure également l’approvisionnement en aliments thérapeutiques prêts à l’emploi, en laits thérapeutiques et en médicaments essentiels pour soigner les enfants souffrant de malnutrition sévère – met tout en œuvre pour éviter que l’état des enfants malnutris et vulnérables du Tchad ne se dégrade.

Inscrivez-vous

Suivez toutes les actualités de l'UNICEF

Soutenir nos actions