« Mes enfants n’ont plus de diarrhées »

Publié le 22 mars 2010 | Modifié le 31 mars 2016

A l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, lundi 22 mars, zoom sur le petit village de Kambaya, en Guinée. Ses habitants s'approvisionnent en eau à des sources dangereuses, contaminées par des bactéries et responsables de la propagation de maladies mortelles comme le choléra.

La qualité de l'eau est essentielle pour la santé et promouvoir la purification de l'eau par les ménages est un moyen efficace pour améliorer l'accès des familles à l'eau potable. Il y a plusieurs mois, les villageois de Kambaya ont commencé à utiliser du chlore pour décontaminer leur eau.

« Depuis que nous avons commencé à utiliser le chlore dans le village, les enfants on cessé de se plaindre de maux de ventre et mes enfants n'ont plus de diarrhées, raconte Sefanta, mère de quatre enfants. Vous devez juste verser le contenu d'un bouchon dans un seau de 20 litres rempli d'eau et celle-ci est décontaminée. »

Du chlore pour la vaisselle…et les plaies

Pour lutter contre une épidémie sévère de choléra qui a frappé le pays en 2006, l'Unicef s'est associé à l'ONG locale Tinkisso dans la région de Dabola  pour produire 620 bouteilles de chlore chaque jour. Une bouteille couvre les besoins d'une famille pendant un mois.

« Vous pouvez utiliser le chlore pour purifier l'eau, mais aussi la nourriture et la vaisselle, explique Aboubacar Camara, coordinateur à Tinkisso. Il peut être aussi très utile pour désinfecter les plaies, au niveau des structures sanitaires. »

Les bouteilles bleues de solution chlorée, ou « Sur'Eau » sont vendues à un prix modéré chez les détaillants des communautés. Cependant, pendant une flambée de choléra, le « Sur'Eau » peut être distribué gratuitement pour tenter d'enrayer l'épidémie.

Chute du nombre de morts

Depuis le début du programme, le nombre de cas et de morts du choléra a diminué considérablement. Selon l'Organisation mondiale de la Santé, plus de 8 000 cas ont été répertoriés en 2007 et 311 personnes sont mortes de la maladie. L'année suivante le nombre de cas est tombé à 513, avec 32 décès constatés.

Un enfant sur sept….

Plus d'un enfant de moins de cinq ans sur sept meurt chaque année en Guinée de nombreuses maladies dues à un manque d'hygiène et en raison de la mauvaise qualité de l'eau. Pour parvenir aux Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) d'ici à 2015, L'Unicef souhaite réduire par cinq la mortalité des enfants de moins de cinq ans.

L'Unicef s'inquiète également de promouvoir l'eau, l'assainissement et l'hygiène dans les écoles afin d'enseigner les bonnes pratiques hygiéniques aux enfants et d'améliorer l'environnement sanitaire dans l'enceinte de l'école. L'Unicef fournit des latrines et des points d'eau aux enfants et aux enseignants dans des écoles. On y enseigne aussi la nécessité de se laver les mains, plusieurs fois par jour, à des moments critiques comme après être allé aux toilettes ou avant et après être passé à table.

Soutenir nos actions