Pakistan : la catastrophe en images

Publié le 11 août 2010 | Modifié le 31 août 2015

Alors que les pluies continuent dans les zones inondées, les besoins en assistance sont considérables et restent encore à évaluer dans certaines régions. Sur les 6 millions d’enfants affectés par ces inondations, 2,7 millions ont besoin de secours d’urgence.

 

 

Des centaines de milliers de personnes reçoivent déjà de l’aide mais des millions d’autres restent sans abris et isolées. Les plus gros problèmes sont encore le manque d’abris et d’eau potable, mais aussi d’installations sanitaires, de nourriture et de médicaments. À cause des dégâts considérables, l'acheminement de l'aide se fait très difficilement dans la plupart des districts touchés.

 

"Pire que le tsnunami ou le séisme de 2005"

 

« C’est la pire catastrophe naturelle que le Pakistan et cette région aient connue, pire que le Tsunami ou le séisme de 2005, avec des millions d’enfants et de femmes qui luttent pour survivre dans des conditions désespérées. C’est une course contre la montre pour apporter une aide aux populations affectées. Les eaux continuent de monter et nous nous préparons à des vagues d’inondations car les fleuves sont en crue et il pleut toujours, » pour Martin Mogwanja, le représentant de l’Unicef au Pakistan.

L'Unicef est présent au Pakistan
avec 283 collaborateurs. Sur le plan des opérations humanitaires, l’organisation se concentre sur les secteurs suivants : l’eau et l’assainissement, la santé, la nutrition, l’éducation et la protection de l’enfant. L’Unicef avec ses partenaires fournit de l’eau potable à plus de 830 000 personnes et achemine des rations de nourriture d’urgence (biscuits protéinés, sachets de pâte nutritive), des kits de santé, des sels de réhydratation orale. Pour l’instant, des kits d’hygiène ont été distribués à plus de 21 000 familles.

 

Les fonds reçus restent insuffisants

 

L’appel de fonds de 36 millions d’euros lancé par l’UNICEF pour porter secours pendant les trois prochains mois aux victimes les plus affectées par les inondations, en particulier aux enfants, continuera d’être révisé en fonction des évaluations en cours. A ce jour, les fonds reçus restent largement insuffisants, et l’UNICEF a encore besoin de plus de 24 millions d’euros pour continuer à déployer ses actions d’urgence.
 



Soutenir nos actions