Pakistan : les fonds manquent pour cette urgence sans précédent

Publié le 10 novembre 2010 | Modifié le 24 mai 2016

L'Unicef n'a reçu que la moitié des fonds nécessaires pour venir en aide aux millions d'enfants affectés par les inondations qui ont commencé au Pakistan il y a plus de 3 mois maintenant. Pourtant, la population a toujours un besoin urgent d'eau potable, de médicaments, de compléments nutritionnels, d'abris... Et la situation se complique à l'approche de l'hiver.

 

 

Plus de 3 mois après le début des inondations, nous sommes toujours face à une situation d’urgence. Et elle est loin d’être terminée : « Les eaux ne se sont pas retirées dans certaines zones du Sind, alors qu’ailleurs, la population regagne des habitations, des communautés et des services lourdement endommagés » explique la représentante adjointe de l’Unicef au Pakistan, Karen Allen. « Nous avons toujours plus de travail à accomplir pour sauver des vies et protéger la santé, l’éducation des enfants, mais nous sommes incapables de faire face sans des financements supplémentaires ! »

Si le niveau de financement stagne – l’Unicef International n’a reçu que 96 millions d’euros sur les 180 700 millions demandés dans son appel révisé, soit 53% de la somme nécessaire – les programmes et les effectifs dans les domaines de la santé, de l’éducation, de la protection, de l’eau et de l’assainissement et de la nutrition seront réduits. Les plateformes logistiques d’urgence sur place devront également réduire leurs activités dans les mois à venir.
 

25 000 enfants toujours cernés par les eaux
 

Les secours d’urgence et la réhabilitation des écoles, des centres de santé et des systèmes d’eau et d’assainissement doivent continuer pour les millions de familles affectées par les inondations. Bien que les inondations aient touché le district de Dadu (province du Sind) il y a plusieurs mois déjà, environ 50 000 personnes – dont la moitié d’enfants- sont toujours bloquées dans leurs villages sur des petites étendues de terre, entourés par les eaux et accessibles uniquement par bateau ou hélicoptère. Elles ont besoin d’une assistance médicale immédiate et de matériel d’urgence. De telles actions nécessitent des fonds supplémentaires.

La reconstruction d’un pays dévasté par les pires inondations depuis des décennies – un cinquième du pays inondé et 20,3 millions de personnes affectées – prendra des mois, voire des années. Quelque 10 000 écoles et 450 centres de santé en zone rurale ont été endommagés par les inondations et les infrastructures ont subi des dommages très étendus, rendant les distributions et l’accès aux populations mobiles très complexes.
 

L’hiver approche
 

Parallèlement, des millions de familles ont toujours besoin d’une aide d’urgence sous forme d’eau potable, de médicaments et de compléments nutritionnels pour survivre dans les mois qui viennent. Les besoins les plus prégnants sont ceux des populations vivant dans le nord où l’hiver et ses conséquences se rapprochent. Dans le sud les populations doivent faire face à la malnutrition sévère, à la polio, la diphtérie, le paludisme et la dengue. L’Unicef a prépositionné du matériel pour l’hiver dans les régions du nord qui pourraient être inaccessibles à cause de la neige et a fourni 400 000 moustiquaires imprégnées pour les régions du sud. 500 000 supplémentaires seront distribuées par la suite.

« Sans fonds supplémentaires après le 31 décembre, 1,4 million de personnes, dont 700 000 enfant,  n’auront plus d’eau potable et commenceront à boire de l’eau souillée. Cela va considérablement augmenter le risque de maladies hydriques et diarrhéiques. Nous n’aurons plus les moyens de soutenir les agents de santé qui aident à l’identification des cas de maladie et de malnutrition, ni de poursuivre la vaccination de 26 millions d’enfants contre la rougeole » poursuit Karen Allen.

L’Unicef International a besoin de 84 millions d’euros pour répondre aux besoins urgents et de transition au Pakistan. L’Unicef France, qui a déjà contribué à hauteur de 2,4 millions d’euros, renouvelle son appel à la générosité des Français pour aider les millions de femmes et d’enfants victimes de cette catastrophe.
 

Inscrivez-vous

Suivez toutes les actualités de l'UNICEF