Paris, scène de la mobilisation internationale contre l’excision

Publié le 14 février 2014 | Modifié le 24 décembre 2015

Lors de la journée internationale contre les mutilations génitales féminines, le 6 février 2014, un colloque sur le thème de l’excision se tenait à Paris pour sensibiliser et mobiliser les acteurs concernés par cette problématique. Un événement riche en échanges, partages d’expérience et débats, organisé par le rassemblent « Excision, parlons-en ! » en partenariat avec l’UNICEF France. Retour sur ce colloque inédit.

Depuis son lancement officiel le 1er février 2013, la mobilisation « Excision, parlons-en ! », dont l’UNICEF France fait partie, a érigé la sensibilisation et la mobilisation au cœur de son action contre l’excision et les mutilations génitales féminines.
 
Un an plus tard, rendez-vous était pris afin de réunir tous les acteurs concernés par cette lutte autour d’un événement unique et inédit : un colloque international organisé symboliquement le 6 février 2014 à Paris, qui a réuni plus de 300 personnes. « Le public était composé de personnes concernées directement ou indirectement par notre lutte contre l’excision : des activistes engagés dans des associations en France, des professionnels de santé et du secteur social, des femmes souhaitant témoigner, des journalistes sensibilisés… » énumère Louis Guinamard, initiateur de « Excision, parlons-en ! » et coordinateur du colloque.
 
Dans son discours d’introduction au début du colloque, Michèle Barzach, présidente de l’UNICEF France, a rappelé la double approche de l’UNICEF dans cette lutte contre les mutilations génitales féminines :

  • « La mobilisation des différents niveaux de la société, des communautés au sommet des États, en passant par les associations, les intellectuels, le corps médical, les religieux, les acteurs de soin, les enseignants, les pères, les maris… »
     
  • « L’accès des filles à l’éducation est la pierre angulaire de la lutte contre les violences à l’encontre des filles et des femmes, quelles qu’elles soient. »

Pour Michèle Barzach, médecin gynécologue de formation, le thème du colloque avait un écho tout particulier. Depuis 40 ans, le combat contre les mutilations sexuelles a toujours occupé une place centrale dans son parcours et ses engagements.

Les interventions avisées des professionnels de l’UNICEF

Tout au long de la journée, les spécialistes défilent sur la scène de la salle de conférence du ministère des Affaires étrangères et abondent en témoignages : des représentants associatifs, des acteurs institutionnels internationaux et nationaux, des responsables d’ONG…
Des femmes victimes d'excision sont présentes dans le public et profitent de la présence des intervenants sur scène pour les interpeller, leur raconter leurs récits personnels et leurs souffrances, et enrichir ainsi les débats.
 
Dans la matinée, Claudia Cappa, spécialiste UNICEF en statistiques et suivi/évaluation, et auteure du dernier rapport de l’UNICEF sur les mutilations génitales féminines publié en 2013, est intervenue par visioconférence afin de rappeler que, de manière générale, l’excision recule dans un grand nombre de pays.
 
L’après-midi, c’était au tour d’un second professionnel de l’UNICEF d’intervenir. Représentant de l’UNICEF Égypte, Philippe Duamelle a éclairé les discussions par son expérience et son témoignage sur les changements de comportement. Citons par exemple une action symbolique de la mobilisation de l’UNICEF en Égypte : la création d’un manuel de sensibilisation à l’attention des leaders religieux, importants et incontournables relais d’influence auprès des communautés et donc des familles. Réalisé par la prestigieuse université d’Al Azhar au Caire avec le soutien de l’UNICEF, ce manuel d’une vingtaine de pages publié en 2013 répond aux interrogations sur les mutilations sexuelles par le biais de l’interprétation du Coran qui n’encourage en rien ces pratiques néfastes et dangereuses pour la santé des jeunes filles.

La mobilisation du gouvernement français

Durant la journée du colloque, le gouvernement français était représenté à trois niveaux par trois ministres aux domaines politiques concernés et complémentaires dans la lutte contre l’excision :

  • Niveau national : Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement
     
  • Niveau international : Pascal Canfin, ministre délégué au Développement
     
  • Niveau francophone : Yamina Benguigui, ministre déléguée à la Francophonie

« La présence et l’intervention de trois ministres témoignent de l’engagement clairement exprimé par le gouvernement français, raconte Philippe Duamelle. C’est bien de voir un pays indirectement touché aussi impliqué dans notre combat pour éradiquer les mutilations sexuelles. Tous les acteurs publics et privés doivent continuer de s’impliquer. »
 
Rappelons que 30 millions de filles risquent d’être victimes d’excision au cours des dix prochaines années. C’est pourquoi la mobilisation « Excision, parlons-en ! » continue ses actions de sensibilisation, avec un événement déjà programmé : une conférence le 8 avril 2014 sur le droit d’asile et l’excision.
 
Pour en savoir plus :
Le compte-rendu du colloque du 6 février 2014 par TV5 Monde sur Storify
Le rapport 2013 de l’UNICEF sur l’excision et les mutilations génitales (PDF)
Le site officiel de la mobilisation « Excision, parlons-en ! »
Reportage vidéo de victimes de mutilations génitales féminines en Côte d'Ivoire
Toutes nos actualités sur les mutilations génitales féminines

Soutenir nos actions