Parole de bénévoles : Talya, leadeuse

Publié le 06 novembre 2021

Talya est bénévole UNICEF depuis 2019, en Ile-de-France Est. Elle revient sur son engagement au sein d'UNICEF France.

Pour commencer, peux-tu nous en dire un peu plus sur toi ?

Je m’appelle Talya, j’ai bientôt 21 ans et je suis étudiante en droit. Je suis originaire de Guadeloupe et actuellement domiciliée en Seine-et-Marne. Je vis entre la région Parisienne et le Gers entourée de ma famille.

Depuis combien de temps as-tu rejoint l’équipe des bénévoles UNICEF France et qu’est-ce qui t’a poussé à passer à l’action ?

Je suis bénévole UNICEF depuis mai 2019. Je me suis tournée vers UNICEF suite à un voyage humanitaire au Cambodge réalisé avec mon lycée. De retour en France et après avoir pris une claque monumentale, j’ai attendu ma majorité pour orienter ma vie d’adulte vers des valeurs et des principes qui me correspondent. Mon choix s’est alors naturellement tourné vers UNICEF. Tout d’abord pour ma petite sœur Loo. Il m’est insupportable d’imaginer qu’elle ne grandisse pas dans un monde sain, bienveillant et dans lequel elle pourra évoluer du mieux possible. Un monde où elle pourra s’exprimer, aller à la natation sans recevoir de remarques désobligeantes, jouer au foot sans qu’on lui fasse remarquer qu’elle est une fille, ne pas se faire embêter par des camarades « amoureux » d’elle lui imposant leur affection, ne subir du harcèlement quand on la considère comme « différente ».

Ensuite pour mes parents, qui travaillent notamment auprès des Mineurs non accompagnés. Ces enfants laissés pour compte qui ont tout quitté même leur famille pour survivre en France et qui malheureusement sont plus suspectés qu’accompagnés. J’ai baigné dans un univers ou être soi c’est bien mais être soi avec les autres c’est mieux.

Enfin, pour tous les enfants et pour que leurs droits fondamentaux soient respectés. En tant que jeune femme, je ressens comme de nombreuses jeunes autour de moi, les difficultés à ne pas être sexualisée, à être traitée d’égal à égal dans le domaine professionnel, à pouvoir sortir dans la rue tard le soir, à être entendue plus qu’écoutée, à avoir de l’ambition, à ne pas se laisser marcher sur les pieds ni à subir les décalages de classe sociale. Si je le ressens d’autres le ressentiront aussi et devront y faire face dès le plus jeune âge.

Toutes ces raisons font que je suis ravie de faire partie de la famille UNICEF France depuis plus de 2 ans. Je préfère utiliser mon temps à bon escient pour des sujets qui me touchent et me ressemblent plutôt que de le gaspiller à reprocher au monde de ne pas changer
 

Qu’est-ce qui te plait le plus dans tes missions de coordination du pôle de communication digitale du comité UNICEF Ile-de-France Est ?

Il y a presque un an jour pour jour, le 16 novembre 2020, avec Aurore et Sarah (deux autres bénévoles du comité UNICEF Ile-de-France Est) et la confiance accordée par Béatrice Lefrançois (présidente du comité et Secrétaire générale UNICEF France), nous lancions la création d’un pôle de communication digitale. Nous étions 3, aujourd’hui nous sommes 27 et nous avons plus de 700 abonnés sur nos réseaux sociaux.

D’après le quiz UNCEF, je suis une bénévole de type « leader ». Certes, j’ai pris l’initiative de m’engager à la constitution et l’effectivité d’une cellule digitale mais c’est un travail d’équipe, je n’ai jamais été seule. En tant que référente communication digitale, on pourrait croire que je suis la « boss ». Pourtant c’est tout le contraire : mon rôle est de permettre la discussion, l’explosion de créativité, la résolution des problèmes, l’envie de participer, l’accroissement de l’engagement. Les jeunes ont juste besoin d’un coup de pouce parfois, juste se sentir guidés pour se révéler. Tous ensemble, nous établissons les évènements nécessaires à aborder, tous ensemble nous discutons, nous débattons afin de trouver un terrain d’entente satisfaisant. Si nous n’adoptons pas nous-mêmes les valeurs UNICEF, où serait la logique ? C’est pour cette raison que le consentement de chacun est important, il faut que chacun se sente libre de s’exprimer, de débattre, de montrer son désaccord ou son approbation. J’ai une profonde admiration et un respect immense pour tous les personnes que j’ai la chance de côtoyer, je m’enrichis de leurs connaissances, c’est un partage. UNICEF m’a permis d’évoluer personnellement et d’évoluer avec toutes les personnes qui m’accompagnent depuis bientôt 3 ans. En une phrase, ce qui me plaît le plus, c’est ce que l’on est devenu ensemble une grande famille.
 

Un dernier mot pour convaincre les personnes qui hésitent encore à franchir le pas du bénévolat avec UNICEF ?

Ce dont on est le plus sûr, c’est que le monde est en perpétuel changement. Alors si vous souhaitez faire partie de ce changement, lancez-vous, pour vous mais aussi pour les autres !

 

Comme Talya, rejoignez vous aussi nos 6000 bénévoles et œuvrez concrètement pour les droits des jeunes et des enfants !