Parti des enfants, nos propositions : lutte contre la pauvreté et l’exclusion

Publié le 19 mars 2014 | Modifié le 08 janvier 2016

La ville doit être celle de tous les enfants et adolescents, sans exception, sans aucune discrimination. Pour qu’un enfant ou un adolescent se sente bien, il doit en premier lieu ne pas être privé ou se sentir privé, ni dans la sphère privée, ni en tant qu’usager de services publics.

L’égalité d’accès aux services proposés par la collectivité est donc une dimension centrale pour s’attaquer aux discriminations et réduire les disparités. Pour un enfant ou un adolescent qui vit la ville au quotidien, les barrières peuvent être multiples. Il peut ne pas avoir accès à une information adaptée à son niveau de compréhension, les services peuvent être trop éloignés géographiquement de son lieu de vie, la tarification peut être un frein ou il peut encore être empêché physiquement d’accéder à un service soit parce qu’il est en situation de handicap soit parce qu’il est tout simplement plus petit : comptoir trop haut, décoration inadaptée, mobilier pour adultes…
 
Pour trouver des réponses efficaces à ces obstacles, la ville doit faire le diagnostic fin de sa population et de ses usagers. Elle pourra alors s’adresser en priorité à ceux qui en ont le plus besoin. Une fois identifiées les barrières, il est plus facile de calibrer les réponses. Une fois encore, les enfants et les adolescents utilisateurs d’un service sont souvent les plus à même de mettre le doigt sur les difficultés rencontrées et contribuer à y trouver des solutions.
 
Le constat actuel en quelques chiffres1:

  • 10% des enfants et des adolescents estiment que l’on ne respect pas leurs droits dans leur ville
  • 6% des enfants et des adolescents disent que leurs parents ont des difficultés pour payer leurs sorties scolaires
  • 19% des enfants et des adolescents affirment que les enfants en situation de handicap ne peuvent pas aller facilement au théâtre, à la médiathèque ou à la piscine dans leur ville

Nos propositions :

  • Places de crèches prioritaires pour les familles pauvres
  • Politique tarifaire en lien avec la situation familiale et gratuité
  • Développement de programmes d’activités de proximité pour les enfants les plus exclus
  • Accueil et loisirs pour les enfants des gens du voyage, demandeurs d’asile, Roms
  • Espaces enfants dans tous les services municipaux accueillant du public
  • Pôles enfance jeunesse dans tous les quartiers

 
1 Écoutons ce que les enfants ont à nous dire – Consultation nationale des 6/18 ans menée en 2013 par l’UNICEF France auprès de 22500 enfants et adolescents.

Soutenir nos actions