Pour ne pas perdre un deuxième enfant…

Publié le 26 mars 2010 | Modifié le 31 mars 2016

Au Lesotho, les efforts se poursuivent pour prévenir la transmission du VIH de la mère à l'enfant. Mais la pauvreté, les distances empêchent souvent les femmes enceintes de se rendre dans les cliniques. Rencontre avec Malekena, future maman, séropositive.

District de Berea, Lesotho, 16 mars 2010. Malekena est enceinte de huit mois. Elle est séropositive. La jeune femme est épuisée par la marche de cinq heures qu'elle a endurée pour se rendre ici, au dispensaire pilote, pour son premier examen prénatal. Comme le trajet a été très difficile, cette visite est peut-être aussi sa dernière.

Le premier enfant de Malekena est mort à l'âge de 13 mois. Probablement des suites d'une infection par le VIH. Il faut se mobiliser pour que son second bébé ne naisse pas également avec le virus.

En 2007, le gouvernement, avec l'aide de l'Unicef et de plusieurs partenaires, a lancé un vaste programme de prévention de la transmission de la mère à l'enfant (PTME). Chaque dispensaire du pays doit aujourd’hui pouvoir effectuer un test de dépistage du VIH ainsi qu'un traitement.

Le Lesotho ouvre la voie

Le Lesotho a été l’un des premiers pays de la région à autoriser les infirmiers et les infirmières à administrer des antirétroviraux (ARV), ce qui a considérablement amélioré l'accès aux traitements. Notamment dans les parties éloignées du pays où il y a peu de médecins.

Malgré de tels efforts, des difficultés subsistent, dont le fait que de nombreuses femmes comme Malekena ne feront probablement qu'une seule visite au dispensaire. Ce sont les mêmes problèmes dans de nombreux pays d'Afrique : les ARV peuvent améliorer les chances qu'un bébé naisse sans le virus mais assurer aux mères séropositives un traitement n'est pas chose facile. La distance, l'absence de moyens de transports et la pauvreté limitent l’accès des femmes aux programmes de PTME.

Un pack maman- bébé innovant…

Des méthodes originales de prévention existent cependant. L'Unicef et l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ont créé un pack maman-bébé à code couleurs qui sera distribué d'ici juillet dans cinq pays de l'Afrique de l'Est et australe, dont le Lesotho.

 « Nous devons profiter de la première visite prénatale, explique Blandinah Motaung, spécialiste à l'Unicef du VIH et de la santé maternelle. Si la mère accouche chez elle, elle aura cette trousse avec elle. »

 


© UNICEF/ Christine Nesbitt

 

Après l'examen, Malekena écoute attentivement Marethabile Lelia, l'infirmière du dispensaire, lui donner les instructions concernant les médicaments qu'elle emmènera chez elle. Bien que Malekena ait un autre rendez-vous prévu au dispensaire, Mme Lelia ne s'attend pas à la revoir rapidement… Pas avant qu'elle ne revienne avec un bébé de six semaines pour sa première série de vaccinations et son premier test de séropositivité. Les enfants passent ensuite de nouveaux examens de dépistage à 12 puis 18 mois.
 
Alors qu'elle se prépare à une marche de cinq heures pour rentrer chez elle, Malekena s'agrippe à ses médicaments, ayant bien compris qu'ils représentent son meilleur espoir pour permettre au bébé d'échapper à l'infection et de grandir en bonne santé.

Soutenir nos actions