[Présidentielle 2017] Proposition 7 : augmenter l’aide publique au développement

Publié le 30 janvier 2017 | Modifié le 02 février 2017

La France, 5e puissance mondiale a une responsabilité envers les pays plus défavorisés et envers les populations les plus démunies.

Depuis 2002, elle s’est engagée auprès de la communauté internationale à dédier 0,7% de son produit intérieur brut (PIB) à sa politique de solidarité. Or ce pourcentage est en réalité en baisse depuis cette date, et n’atteignait que 0,37 % en 2015. Pourtant des pays comme le Royaume-Uni ou les Pays-Bas ont atteint cet objectif de 0,7%. De plus, seuls 25% de l’aide française est dirigée vers les pays les moins avancés

Pourtant, l’aide au développement, couplée à une volonté politique sans faille, peut avoir un vrai impact sur la vie des populations vulnérables. Ainsi, grâce à la mobilisation de la communauté internationale, entre 1990 et 2015 la mortalité infantile a diminué de moitié, et la scolarisation dans l’enseignement primaire est passée de 83% à 91%. 

La France doit se doter des moyens nécessaires pour atteindre les objectifs de développement durable. Ainsi son aide publique au développement doit être portée au minimum à 0,7% du PNB, conformément à ses engagements d’ici à 2022. Et cette aide doit cibler les pays les moins avancés mais aussi les populations les plus vulnérables : femmes, enfants et adolescents.