Rapport Action Humanitaire 2005 : faits et chiffres

Publié le 30 janvier 2005 | Modifié le 28 décembre 2016

Le Rapport Action Humanitaire 2005 de l’UNICEF (HAR) est l’appel de fonds de l’UNICEF pour les femmes et les enfants dans des situations d’urgence à travers le monde, en complément du Processus d’Appel Consolidé (CAP) de 2005.

Le total des fonds de l’UNICEF nécessaire pour ses actions d’urgence en 2005 est de 763 millions de dollars. Ce chiffre révèle l’ampleur du travail à réaliser et des crises humanitaires auxquelles nous devons faire face aujourd’hui.
Le rapport couvre les actions de l’UNICEF dans sept bureaux régionaux et 33 pays. Il donne un éclairage régional sur les situations humanitaires et les problèmes auxquels sont confrontés les enfants et les femmes de chaque pays. Pour chaque pays sont présentés : une carte, les fonds nécessaires, des statistiques et un court récit sur l’histoire d’une personne avec une photo.
Parmi les 33 pays, 12 font partie de l’appel consolidé de 2005 et les 21 autres pays (avec une demande de 576 millions de dollars) sont intégrés dans le rapport car ils sont considérés comme des situations d’urgence par l’UNICEF. Les 12 pays faisant partie de l’appel consolidé sont indiqués en gras dans la liste suivante :

Pays inclus dans le HAR de 2005 :

Europe centrale et orientale, et Communauté des Etats Indépendants : Tchétchénie et pays voisins, Georgie, Tadjikistan.

Asie de l’est et région du Pacifique : République Démocratique de Corée, Indonésie.

Région de l’Afrique de l’Est et du Sud : Angola, Burundi, Erythrée, Ethiopie, Lesotho, Malawi, Mozambique, Somalie, Swaziland, Tanzanie, Ouganda, Zambie, Zimbabwe.

Région du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord : Territoires occupés palestiniens, Soudan. Région de l’Asie du sud : Népal, Sri Lanka.

Région Amérique et Caraïbes : Colombie, Haïti. Région de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique Centrale : République de Centre Afrique, Tchad, Côte d’Ivoire, République Démocratique du Congo, Guinée, Libéria, République du Congo, Sierra Leone.

Une brève analyse de la destination des fonds en 2004 disponible dans le chapitre « Fonds de l’Action Humanitaire de l’UNICEF » du rapport. Certains de ces fonds ont été attribués de la façon suivante :
Le total des fonds nécessaires à l’UNICEF pour le HAR 2004 était de 516 millions de dollars.
La part de l’UNICEF dans l’appel consolidé 2004 (avec une demande de 433 millions de dollars) était de 61% des fonds en décembre 2004. 10 CAP ont été placés au dessus de 50% tandis que 13 CAP sont toujours en dessous de 50%. Cela montre que de nombreuses urgences restent oubliées ou ne reçoivent que très peu d’attention.
Les donateurs principaux pour les urgences de l’UNICEF en 2004 étaient : le Japon, la Communauté européenne, les Etats Unis, les Pays Bas, le Canada. 

 Informations importantes

La réponse à la récente tragédie du tsunami a démontré ce que l’humanité et la communauté internationale peuvent réaliser quand le monde unit ses forces. Il est cependant aussi important de rappeler que les vies de millions de femmes et d’enfants sont en jeu partout dans le monde. Plus particulièrement, dans les 33 pays du rapport, les enfants font face à des situations de conflits, de post-conflit, de catastrophes naturelles, d’épidémies dont le VIH/Sida qui menacent leur vie et leur bien-être tous les jours.
Un grand nombre de situations d’urgence ont interpellé l’attention des médias, souvent de façon justifiée, puisque certaines de ces situations d’urgence révèlent des violations importantes et systématiques des droits de l’homme et des droits des enfants. Cependant, loin de la mise en exergue par les médias, un nombre important d’urgences « oubliées » continuent de rester dans le silence. L’UNICEF a le devoir d’assister et de protéger tous les enfants, partout et notamment ceux touchés par ces crises oubliées – et ce document présente notre plan et les recommandations pour mener à bien cet engagement en 2005.
Dans les situations d’urgence, les enfants sont particulièrement vulnérables aux maladies, à la malnutrition et à la violence. Ces dix dernières années, plus de 2 millions d’enfants sont morts des conséquences directes des conflits armés, et plus de trois fois ce chiffre sont handicapés à vie ou gravement blessés.
Près de 20 millions d’enfants ont été forcés de quitter leurs maisons et plus d’un million sont maintenant orphelins ou séparés de leurs familles. Près de 300 000 enfants soldats – garçons et filles de moins de 18 ans – sont impliqués dans plus de 30 conflits à travers le monde.
Beaucoup de crises sont caractérisées par des déplacements forcés de familles, dont les enfants sont coupés des personnes leur venant en aide, du soutien social, de leur famille et de l’école et exposés aux risques de violences, d’abus, d’enlèvements et d’exploitation. Les violences sexuelles et à l’encontre des femmes sont malheureusement récurrentes dans les situations d’urgence.
Les conditions d’urgence, dont les violences sexuelles et l’exploitation, le déplacement et la présence de groupes armés, augmentent le risque de transmission du VIH/Sida. La pandémie du VIH/Sida est considérée comme l’une des plus longues urgences dans le monde. 

Les actions de l'UNICEF

L’UNICEF est présent depuis plusieurs décennies dans la plupart des pays en voie de développement et les gouvernements qui font face à des situations de crise font souvent appel à l’expérience de l’UNICEF et à son expertise dans les opérations d’urgence. Ils savent aussi que l’UNICEF continuera à être sur place et à travailler avec les autorités nationales pour les enfants longtemps après la période d’urgence.

L’UNICEF a toujours travaillé pendant les situations d’urgence et notre travail a permis une amélioration notable de la vie des femmes et des enfants affectés par les catastrophes naturelles et les urgences complexes à travers le monde. Quelques exemples récents dont :

Région du Darfour, Soudan : l’UNICEF a établi 127 cliniques médicales, a aidé à vacciner plus de 2 millions d’enfants contre la rougeole et plus d’un million d’enfants contre la poliomyélite. 30 cliniques et 699 salles de classes ont été mises en place. L’UNICEF, en collaboration avec ses partenaires, fournit un accès à l’eau potable à plus de 800 000 personnes.
Bam, Iran : En 48 heures, l’UNICEF a été capable de distribuer 2 cargaisons de matériel de première nécessité dont des kits de santé et d’obstétrique pour aider 120 000 personnes : plus de 14 000 couvertures, des tablettes de purification pour l’eau, des citernes d’eau, des générateurs et du matériel d’hébergement. Un total de 60 tonnes de produits de première urgence. Dans les jours qui ont suivi, l’UNICEF a distribué 416 kits « Ecole dans la boite » à destination de 33 280 enfants.
Libéria : L’UNICEF a joué un rôle très important dans le processus de désarmement, démobilisation et réintégration des enfants associés aux forces armées. A ce jour, plus de 1 800 enfants ont bénéficié des programmes de démobilisation et on espère atteindre quelques milliers de plus dans les mois à venir. La campagne « Retour à l’école » a permis à près de 600 000 enfants de retourner à l’école, apportant une lueur de stabilité et d’espoir dans de nombreuses communautés urbaines et rurales à travers le pays.

L’objectif principal de l’UNICEF pendant les crises humanitaires est la protection des enfants, ce qui inclus des programmes pour retrouver et réunir des enfants séparés de leurs familles. L’UNICEF protège aussi les femmes et les enfants des violences à caractère sexuel, dont le viol, la mutilation, la prostitution, la grossesse forcée et l’esclavage sexuel.

Soutenir nos actions