RDC : 10 000 personnes déplacées par les affrontements

Publié le 04 janvier 2006 | Modifié le 31 mars 2016

Des affrontements entre les forces gouvernementales et des milices rebelles ont provoqué le déplacement de 10 000 personnes dans l’Est de la RDC au cours des récentes semaines.

« La RDC s’achemine vers la tenue d’élections en 2006. Un accord de coopération a été conclu entre les factions rivales. Cependant, certaines factions à l’Est du pays n’ont pas signé ces accords et contestent toujours la légitimité du pouvoir en place », indique le représentant de l’UNICEF dans le pays, Anthony Bloomberg.
Depuis la reprise des combats en novembre 2005, des milliers de personnes de la province du Katanga ont fui leur foyer. En réponse à cette situation d’urgence, l’UNICEF a fourni des bâches, des couvertures, des ustensiles de cuisine et des jerrycans aux populations déplacées qui ont trouvé refuge dans trois camps de déplacés. Des biscuits hyperprotéinés ont également été distribués aux enfants et aux adultes. Le Partenaire de l’UNICEF sur le terrain, Médecins sans frontières (MSF), estime qu’entre 300 et 400 nouveaux réfugiés arrivent chaque jour dans les camps, en majorité des femmes et des enfants.

Le conflit tue 1000 personnes par jour
Les années de conflit ont non seulement entraîné la mort de près de 3 millions de personnes selon les estimations mais ont également détruit les infrastructures éducatives et sanitaires du pays. En RDC, un enfant sur cinq meurt avant son cinquième anniversaire et un enfant sur trois souffre de malnutrition. Le pays connaît également un taux élevé de mortalité maternelle (9,9 pour mille). « Ajoutés à tous ces drames, les déplacements de population amplifient les besoins vitaux », souligne M. Bloomberg. C’est pourquoi l’UNICEF lance un appel pour que la RDC ne reste pas en marge de l’aide internationale. « La RDC cumule les difficultés. Nous estimons à 1000 par jour le nombre de personnes succombant directement ou indirectement aux conflits qui frappent le pays depuis plus d’une décennie. Les enfants en sont les premières victimes. La RDC devrait bénéficier de plus d’attention de la part de la communauté internationale ».

 

Soutenir nos actions