RDC : Les enfants paient le lourd tribut de la flambée de violence dans la province de l'Ituri

Publié le 26 avril 2021

La récente flambée de violence dans la province de l'Ituri en RDC aggrave la situation déjà désespérée des enfants.

Kinshasa, le 26 avril 2021 - Une récente recrudescence de la violence armée et intercommunautaire dans la province orientale de l'Ituri, en République démocratique du Congo, aggrave la situation des enfants, avec des violations graves contre les femmes et les enfants, a averti UNICEF.

Cette augmentation survient malgré les avertissements répétés de UNICEF et d'autres organisations humanitaires concernant la violence, qui comprend des attaques à la machette et des agressions sexuelles.

Près de 175 violations graves ont été recensées depuis janvier 2021, notamment des cas de recrutement d'enfants dans des groupes armés, des meurtres et des mutilations d'enfants, des violences sexuelles et des attaques contre des écoles et des hôpitaux.

Dans l'écrasante majorité des cas, les humanitaires se sont vu refuser le plein accès aux zones les plus touchées par la violence dans les territoires de Djugu et d'Irumu.

Une crise humanitaire désespérée

Un grand nombre de personnes ont été déplacées à cause de ces attaques, qui ont séparé plus de 275 enfants (dont 118 filles) de leurs parents dans toute l'Ituri.

« Nous continuons à tirer la sonnette d'alarme sur la terrible situation des enfants en Ituri car nous ne voulons pas que le monde s'engourdisse devant cette crise humanitaire désespérée », a déclaré Jean Metenier, coordinateur principal d'UNICEF pour l'est de la RDC. « Chaque jour, les enfants et leurs droits sont mis à mal par des violences incessantes et des violations graves des droits, des déplacements, une insécurité alimentaire croissante et un manque d'accès à presque tous les services de base, y compris la scolarisation. Nous le répétons sans cesse : nous avons besoin que la communauté internationale s'implique, car notre travail ne fait qu'effleurer la surface des besoins. »

On estime que plus de 1,6 million de personnes sont déplacées en Ituri, sur une population totale de 5,7 millions de personnes. On estime que 2,8 millions de personnes ont besoin d'une forme d'aide d'urgence.

Des chiffres effrayants

Les chiffres publiés récemment reflètent toute l'ampleur de la crise en Ituri :

  • Plus de 100 000 enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition aiguë sévère, conséquence directe des niveaux alarmants d'insécurité alimentaire qui touchent près de 800 000 personnes ;
  • Les attaques contre les écoles ont privé d'école près de 400 000 enfants âgés de 6 à 11 ans, déjà déplacés ou rentrant chez eux, dans les territoires de Djugu, Irumu et Mahagi ;
  • Seule une personne sur trois dans la province a accès aux services d'assainissement de base.

Grâce à son mécanisme de réponse rapide (UniRR), UNICEF a fourni des articles non alimentaires et d'hygiène à plus de 8 000 personnes fuyant les attaques de groupes armés à Tshabi (territoire d'Irumu Sud). UNICEF mobilise également une réponse multisectorielle qui intègre la protection de l'enfance, l'eau et l'assainissement, la santé, l'éducation et la nutrition dans le Sud Irumu.

Mais UNICEF est conscient que ces interventions ne répondent qu'aux besoins d'une petite partie de la population de l'Ituri, c'est pourquoi l'agence des Nations unies pour l'enfance exhorte les autres acteurs humanitaires à déployer des ressources dans les zones non couvertes par ses activités. Dans le même temps, UNICEF appelle les donateurs à poursuivre leur générosité envers le peuple congolais.

L'appel humanitaire d'UNICEF pour 2021, d'un montant de 384,4 millions de dollars, n'est actuellement financé qu'à hauteur de 18 %.

Plus d'informations ici

Accéder aux contenus multimédia ici