Sans-papiers en Amérique : une famille de migrants déchirée

Publié le 17 août 2018 | Modifié le 05 octobre 2018

Sami et Jason, 12 et 10 ans vivaient aux États-Unis : mais quand les autorités ont découvert que leur mère n’avait pas de papiers, ils ont été séparés plusieurs mois avant d’être expulsés.

La vie de Sami*, une adolescente de 12 ans, et de son frère Jason*, 10 ans, a pris un tournant dramatique l’an dernier. Avec leur mère, Mary*, ils ont été placés en détention car ils n’avaient pas de papiers. Cela faisait une dizaine d’années que cette famille vivait aux États-Unis. Après avoir été emmenés dans une prison locale, Sami et Jason ont été séparés de leur mère. Ils ont été placés dans un refuge pour mineurs non-accompagnés, tandis qu’elle a été placée en détention dans un centre destiné aux migrants.

Des enfants sans nouvelles de leur mère

Pendant deux mois, Sami et Jason n’ont eu aucune nouvelle de leur mère. « Je n’avais pas la moindre idée de l’endroit où ils pouvaient être », témoigne Mary, avec les larmes aux yeux. Les deux enfants ont cru que leur mère les avait abandonnés.

Finalement, Mary a été informée que ses enfants avaient été pris en charge par un organisme caritatif. Elle a été autorisée à leur parler au téléphone une fois par semaine. Leur premier échange lui a brisé le cœur : « Mon fils pleurait. Il m’a demandé : ‘C’est parce que tu es est trop bien là où tu te trouves que tu ne veux pas venir avec moi ?’ »

La détention et ses conséquences néfastes sur les enfants

Il a fallu plusieurs semaines avant que les retrouvailles entre Sami, Jason et leur mère puissent avoir lieu. C’e n'est que dans l’avion qui les a ramenés au Guatemala que la famille a été de nouveau réunie. Pour Mary, ce moment a eu un goût amer : sa fille Sami pleurait, son fils Jason avait l’air très anxieux.  L’enfermement des enfants peut avoir des répercussions psychologiques dévastatrices sur les enfants.

Mary était quant à elle très soucieuse : « Je m’inquiétais de ne rien avoir pour vivre, de ne pas savoir où on allait habiter et de devoir tout recommencer à zéro avec les enfants. J’avais fait des plans pour notre avenir, et là, il ne restait plus rien. »

Comment l’UNICEF agit pour les enfants

Aujourd’hui, Sami, Jason et leur mère bénéficient d’un accompagnement psychosocial auprès d’une association soutenue par l’UNICEF au Guatemala. Les enfants vont à l’école et Mary cherche du travail. Néanmoins, elle voudrait retourner aux États-Unis car elle s’inquiète pour la sécurité de ses enfants dans leur nouveau quartier et elle ne sait pas si elle parviendra à joindre les deux bouts. Mais elle garde espoir.

Pour plus d’informations sur les enfants déracinés en Amérique du Nord et en Amérique centrale, consultez le rapport de l’UNICEF Déracinés en Amérique centrale et au Mexique.

*Les prénoms ont été modifiés.

Soutenir nos actions