Séisme en Chine : le froid et le dénuement menacent les rescapés

Publié le 16 avril 2010 | Modifié le 04 janvier 2016

Les besoins les plus urgents sont la nourriture, l’eau, les tentes et les abris, les vêtements, les couvertures, les articles domestiques de base, les secours médicaux.

L’Unicef et ses partenaires onusiens sont mobilisés pour envoyer des secours, en urgence, aux enfants affectés par le séisme. Le choc a gravement touché plusieurs parties de la préfecture reculée de Yushu, une région peuplée principalement de bergers tibétains. Le séisme, de magnitude 7,1, a détruit en grande partie Jiegu, qui compte 100 000 habitants et constitue la principale ville de la préfecture de Yushu. Cette préfecture compte, en tout, 357 000 habitants, dont 122 700 enfants.

Au 15 avril, on dénombrait 617 morts et 9 110 blessés. 313 personnes manquaient à l’appel et il y avait 100.000 sans abris, des habitants obligés de dormir dehors, alors que les températures sont inférieures à zéro.

Selon les autorités sanitaires de la province du Qinghai, l’hôpital de santé maternelle et infantile de la zone de Yushu a été complètement détruit dans le tremblement de terre : le besoin en secours médicaux et en équipements obstétriques est d’une urgente nécessité.

Le représentant de l’Unicef en Chine, le Dr Yin Yin Nwe, explique : « Nous organisons l’assistance pour soutenir le gouvernement chinois dans sa réponse à la catastrophe, en se focalisant sur les besoins spécifiques des femmes et des enfants. Nos partenaires gouvernementaux, avec qui nous sommes en relation permanente, font état de dégâts très graves sur les maisons, les centres de santé et les écoles ».

Selon les chiffres officiels des autorités locales, 80% des écoles primaires et 50% des établissements d’enseignement secondaire de Yushu ont été gravement endommagés, ce qui affecte 22.719 élèves et 1.086 enseignants. Le séisme s’est produit avant le début des cours mais la moitié des élèves vivent en pensionnat. Les autorités ont réclamé l’appui de l’Unicef pour fournir des vêtements chauds, des couvertures, des tentes et des kits scolaires. Le 14 avril on dénombrait déjà 56 morts parmi les élèves et 5 parmi les enseignants, mais beaucoup d’autres étaient encore introuvables et sont peut-être sous les décombres.

Soutenir nos actions